logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique

Panorama de la promotion des ECNI 2016

25 partages mail facebook twitter linkedin

Pour première promotion des ECNI, 7700 postes ont été affectés pour les futurs internes en 2016. Sans surprise, l’ophtalmologie reste le graal des étudiants les mieux classés. Psychiatrie, santé publique, biologie médicale, médecine générale et médecine du travail restent en fin de peloton.

Cette étude de la Drees (Direction de la recherche, des études de l’évaluation et des statistiques) publiée en mars 2017 dresse le portrait de nos futurs médecins. Non sans quelques surprises.

Les jeunes femmes seraient-elles les meilleures ?

Oui selon les constats de l’étude.

Les étudiants en médecine prennent un poste à l’issue des ECN ont en moyenne 25 ans.

Les femmes sont légèrement plus jeunes que les hommes (25,0 ans contre 25,3). L’âge moyen des étudiants augmente avec leur rang de classement. Les 10 % d’étudiants ayant les meilleurs classements sont en moyenne âgés de 24 ans, contre 27 ans en moyenne les 10% de candidats les moins bien placés. Ainsi dans les spécialités les plus prisées comme l’ophtalmologie, la médecine interne et la cardiologie, les internes ont en moyenne 24 ans.

Les femmes représentent 55% des étudiants.

La féminisation de la profession ne va pas de parité avec le choix des spécialités

Les femmes les mieux classées (27%) et qui ont donc le choix pour toutes les spécialités ne privilégient pas les plus traditionnellement prestigieuses. Qualité de vie et ambition familiale président à leur choix sans considération de leur classement. Ainsi une étudiante brillante classée 24eme au concours national a-t-elle opté pour la médecine générale comme elle nous l’a expliqué dans Remede.

Médecine générale (12%), anesthésie et réanimation (8 %
d’entre elles), pédiatrie (8 %), radiologie (8 %) et dermatologie (6 %) constituent leurs domaines de prédilection.

Rien à voir avec les choix des hommes dont le rang des 32% les mieux classés permet d’envisager chacune des 30 spécialités. En tête de peloton, l’anesthésie-réanimation (pour 16 % d’entre eux), la radiologie (14 %), la cardiologie (11 %) et la chirurgie générale (10 %).

Pour autant cette année le major de la promotion a choisi la néphrologie.

Près de trois étudiants sur 10 ont le choix de tous les possibles.

Pour cela en 2016, il fallait être classé dans 2 157 premiers classés.

Les étudiants en milieu de classement ont eu le choix parmi 21 spécialités.

Tous les étudiants ont le choix entre les cinq spécialités pour lesquelles des postes sont restés vacants. Comme les années précédentes, il s’agit en 2016 de la médecine générale, la médecine du travail, la santé publique, la psychiatrie et la biologie médicale.

Mais là encore, il faut relativiser les rangs et postes en fonction de l’attractivité. Un autre brillant candidat classé dans les 500 premiers a opté pour la Santé publique et nul doute qu’il sera un bon ambassadeur pour revaloriser cette spécialité auprès des étudiants.

Un étudiant sur deux ne poursuivra pas son internat dans la ville où il a effectué son second cycle.

Les autres voies d’admission augmentent

Près de 700 candidats sont issus des passerelles, du numerus clausus complémentaire ou sont titulaires d’un second cycle européen.

Les passerelles constituent l’un des sujets majeurs des forums de remede car vous êtes de plus en plus nombreux à vouloir poursuivre des études médicales ou changer de filière en cours de cursus.

D’après les statistiques de la Drees et du Cng :

231 étudiants ont été admis soit en début de 2e année en 2011, soit en début de 3e année en 2012 et ont ainsi été susceptibles
de se présenter aux épreuves en 2015.

En 2016, une centaine d’étudiants de plus se sont trouvés dans ce
cas de figure. Le nombre de candidats et de postes ouverts progresse cependant plus lentement au cours de la période récente (1 % d’augmentation annuelle moyenne entre 2012 et 2016) qu’entre 2007 et 2011 (9 %). Ces deux évolutions sont très liées. La proportion de postes ouverts non pourvus (le « taux d’inadéquation ») a fortement diminué, passant de 9 % en 2011 à 5 % en 2016, en raison des modifications de calendrier des ECN intervenues à partir de 2012.

Bon à savoir :

Retrouvez également notre outil Rang et classement qui vous permettra de simuler vos chances au moment où les résultats des ECNi blanches viennent de tomber.

25 partages mail facebook twitter linkedin
  • Anne Marie DE RUBIANA
  • Rédactrice en chef de Remede.org
  • amderubiana@remede.org
Tags :
  • Top - ne pas manquer
  • ecn_medecine
  • internat_medecine
  • passerelle
livreslivrescontactspublicationstwitter