logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Installation : Quel est l’équipement de base au cabinet ?

1 partage mail facebook twitter linkedin
L’heure de l’installation approche. Avant de déterminer votre budget et de choisir votre équipement, il est utile de cibler le matériel minimum dont vous allez avoir besoin. Sachant que vos besoins varieront bien évidemment en fonction de votre type d’exercice.

Il est très difficile d’évaluer le budget nécessaire à l’installation car, selon, le type d’exercice, l’équipement du cabinet sera très variable, souligne Emilie Frelat, présidente du Syndicat national des jeunes médecins généralistes. Selon une estimation réalisée en 2007 par deux professeurs de médecine générale de l’Université Paris 7, dans le cadre d’un module « Exercice professionnel », le budget minimum d’investissement s’élèverait à 22 500€, répartis comme suit : 5500€ de matériel, 3000€ de mobilier, 3000€ d’aménagement, 4500€ d’informatisation et 5000€ de frais de roulement. Sans compter donc ni l’achat de parts de SCI, ni l’éventuel rachat de patientèle, ni le loyer ni le véhicule. Le plus souvent, un emprunt (sur une période de 7 à 15 ans en général) sera nécessaire pour financer l’installation.

L’équipement de votre bureau et de votre salle d’examen
Le bureau du médecin ressemble souvent à celui qui l’occupe », fait remarquer la présidente du SNJMG. Certains vont investir beaucoup dans le mobilier de leur cabinet, d’autres pas. D’où une très grande variabilité du budget. Quel est le matériel minimum ? Un bureau suffisamment grand pour installer votre matériel informatique et ranger quelques papiers. Un fauteuil de bureau pour vous, (idéalement réglable en hauteur) et deux fauteuils en face de votre bureau, pour recevoir vos patients. Vous prévoirez également un ou deux petits meubles de rangement pour vos documents professionnels, votre comptabilité, vos revues, etc…
La table d’examen sera très variable selon votre exercice. Les moins chères vous coûteront entre 300 et 500€. En revanche, pour une table électrique pouvant être descendue et montée selon vos besoins, il faudra compter entre 2000 et 3000€. Si vous faites de la gynécologie, vous aurez aussi besoin d’une table d’examen assez perfectionnée (avec des étriers) et plus coûteuse.
Pour cet achat important, prenez le temps de comparer les prix sur Internet. Il n’est pas forcément économique de tout acheter auprès du même fournisseur. Certains ont des tarifs avantageux sur les tables d’examen mais sont plus chers que les autres pour le petit matériel médical, témoigne Emilie Frelat, qui s’est elle-même installée il y a un an.

La salle d’attente
Au minimum, vous devez prévoir un certain nombre de chaises et une table basse pour mettre à disposition des revues. Un coin enfant sera aussi le bienvenu, avec une petite table à bonne hauteur et quelques jeux pour que les plus petits puissent s’occuper.
Avant de faire vos achats, n’oubliez pas la dimension hygiène : l’ensemble doit être facilement lessivable. Moquettes, coussins et jeux pour enfants non lavables ne sont pas adaptés à une salle d’attente médicale.
Par souci de confidentialité pour vos patients, votre salle d’attente ne devrait pas donner sur la rue et être suffisamment éloignée de l’accueil/secrétariat pour que les conversations à teneur médicale restent privées.

Le matériel d’examen
Là encore, votre investissement dépendra beaucoup de votre type d’exercice : rural ou urbain ? isolé ou en groupe ? Mais aussi de vos sous-spécialités : faites-vous de la gynécologie ? de la pédiatrie ? Bien entendu, le matériel ne sera pas le même.
Selon une thèse portant sur l’équipement du cabinet et l’utilisation par les médecins de leurs outils dans le département rural de l’Ain, 97% des médecins avaient des bandelettes urinaires, 94% un débitmètre de pointe, et 84% un lecteur de glycémie qu’ils utilisaient régulièrement. En revanche, ils n’étaient que 7% à utiliser un doppler vasculaire, 10% un podoscope et 6% un radiographe.
Concernant l’ECG, ils étaient 86% à en posséder un. « Si vous exercez dans une grande ville, vos patients se rendront aux Urgences ; en revanche, si vous êtes en milieu rural, l’ECG est quasiment indispensable », estime la présidente du SNJMG. A condition de savoir lire et interpréter les résultats, ou à défaut, de pouvoir adresser les résultats à un cardiologue.

La trousse d’urgence
Les produits indispensables seront eux aussi variables selon l’endroit où vous exercez et la médecine que vous pratiquez.
Certains produits sont incontournables : anesthésiques locaux, désinfectants, chambre d’inhalation, seringues, lames de bistouri, stéristrips et nécessaire à petite chirurgie.
D’autres produits sont plus ou moins indispensables en fonction de la distance séparant votre cabinet du premier service d’Urgences : bandes de plâtres, bouteille d’oxygène, matériel d’intubation, nécessaire à perfusion, etc…
Vous trouverez une liste complète des produits nécessaires sur le site de l’ARS Pays de la Loire.

L’équipement informatique de base
En dehors de l’ordinateur de votre choix et des périphériques de base (imprimantes/scanner, connexion Internet…), vous devrez investir dans un lecteur de carte vitale/ logiciel de télétransmission, un terminal bancaire pour paiement par CB, un logiciel médical (Vidal…) et un logiciel de comptabilité.
Vous trouverez de nombreuses informations sur les utilitaires indispensables sur le site Medsyn(Intranet pour les médecins généralistes).

Et pour les autres professionnels de santé ?
Pour les sages-femmes, il faudra bien-sûr prévoir une table de gynécologie et des étriers, ainsi que du matériel pour le suivi des nouveaux-nés (pèse-bébé, etc…). Sur le site de l’Ordre des sages-femmes, vous pouveztélécharger le guide d’installation de la sage-femme libérale.
Pour les chirurgiens-dentistes, l’investissement de départ sera beaucoup plus élevé. Il ne peut être estimé sérieusement sans avoir la surface du cabinet et le nombre de fauteuils. Le coût de fonctionnement peut être estimé sur le site de la Confédération nationale des syndicats dentaires.

Pour en savoir plus :

1 partage mail facebook twitter linkedin
  • Sophie Cousin
Tags :
  • liberal_medecine
  • liberal_installation
  • professionnels_medecine
  • professionnels_pharmacie
  • Odontologie
  • Sage-femme
  • Top - ne pas manquer
livreslivrescontactspublicationstwitter