logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Combien gagnent les libéraux ?

partage mail facebook twitter linkedin
Si les écarts de revenus entre spécialités perdurent, depuis dix ans les rémunérations des praticiens libéraux progressent légèrement. Avec une pointe plus forte en 2015 pour les spécialistes et notamment les radiologues. Le revenu moyen d’activité s’élève à 141 000 euros pour les spécialistes, 120 000 pour les médecins libéraux ou mixtes et à 86 000 euros pour les omnipraticiens d’après la dernière étude de la Drees publiée ce jour. Des chiffres à nuancer en fonction du secteur d’activité 1 ou 2 , des impacts fiscaux du mode d’exercice en société ou non et du cumul d’activités.

Entre 2011 et 2014, les revenus des médecins ont progressé en moyenne de 0,3 % par an, mais ceux des spécialistes installés en secteur 2 ont diminué dans la même proportion. Le changement de régime fiscal des dividendes a en effet entraîné une baisse de la rémunération des médecins de secteur 2 installés en société d’exercice libéral, particulièrement marquée pour les 1 % les mieux rémunérés précise l’étude de la Drees.

En 2015, en tête de peloton, les radiologues affichent la plus grosse progression avec plus de 5 % annuel contre 3, 4% pour les autres spécialistes. Suivent les anesthésistes, les chirurgiens avec une moyenne de 180 000 euros. Deux fois plus que les généralistes. Deux fois plus que les psychiatres ou les pédiatres, les moins bien rémunérés parmi les spécialistes.

Tendances

  • Le secteur à honoraires libres attire davantage les jeunes médecins. Depuis cinq ans, 62 % des spécialistes libéraux ont choisi le secteur 2. Ils gagnent en moyenne 151 000 euros par an lorsque les praticiens de secteur 1 affichent 133 000 euros. Avec de grands écarts pour certaines spécialités comme l’ophtalmologie, la gynécologie ou l’anesthésie exercées en secteur 2 qui rapportent le plus alors que la cardiologie, la pneumologie ou la médecine générale génèrent des revenus moindres en secteur 2 qu’en secteur 1.
  • Revenus et honoraires progressent ensemble sauf ceux des pédiatres et des stomatologues. De nouvelles sources de revenus apparaissent : nouveau forfait médecin traitant (de 5 euros par patient âgé de 16 ans ou plus et par an) et la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP). Cette dernière a rapporté un montant moyen de 5 500 euros pour les omnipraticiens et de 1 100 euros pour les spécialistes (CNAMTS, 2015). Certains actes ont été revalorisés.
  • Le secteur de conventionnement peut modifier la donné

En secteur 2, la baisse des revenus concerne surtout les médecins les mieux rémunérés. Ce phénomène de recul des revenus concerne uniquement les médecins installés en sociétés d’exercice libéral (SEL) au regard de la nouvelle fiscalité des dividendes.

En baisse les revenus des chirurgiens-dentistes

Les chirurgiens-dentistes ont déclaré en 2014 un revenu moyen de 103 040 euros. Des revenus qui peuvent passer du simple au double en fonction de la spécialisation. Les spécialistes en orthopédie dento-faciale (ODF) déclarent des revenus nettement plus élevés (221 300 euros en moyenne) que les non spécialistes (95 700 euros). Des revenus en baisse (-1,3%) en raison notamment de la baisse des honoraires moyens par praticien entre 2011 et 2014.

En hausse les revenus des sages-femmes

Les revenus d’activité des sages-femmes progressent en moyenne de 0,7 % par an depuis 2011 pour atteindre 31 930 euros en 2014. 35 % des sages-femmes exercent une activité salariée à côté de leur activité libérale.

partage mail facebook twitter linkedin
  • Anne Marie DE RUBIANA
  • Rédactrice en chef de Remede.org
  • amderubiana@remede.org
Tags :
  • Top - ne pas manquer
  • liberal_maieutique
  • liberal_medecine
  • liberal_odontologie
livreslivrescontactspublicationstwitter