logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Réforme troisième cycle, le point sur le DES de pneumologie

2 partages mail facebook twitter linkedin
La Pr Anne Bergeron-Lafaurie présente le nouveau DES mis en place à la rentrée de novembre après un long travail d’élaboration… qui demande encore des ajustements.

À la rentrée de novembre, le DES de pneumologie a fait peau neuve en passant de quatre à cinq ans. Un changement de maquette intervenu dans le cadre de la réforme du troisième cycle des études médicales, dans laquelle la Pr Anne Bergeron-Lafaurie (Paris) s’est beaucoup investie, depuis le début. « Cela a demandé un gros travail, impliquant les différentes instances de la pneumologie, le Conseil national des universités [CNU], le collège des enseignants et l’association des internes en pneumologie », indique celle qui a coordonné l’élaboration de ce nouveau DES à la demande du Pr Thomas Similowski, président de la sous-section pneumologie du CNU.

Poids épidémiologique conséquent, mais peu de pneumologues
C’est après avoir solidement argumenté que la pneumologie a obtenu cette cinquième année. « C’est une spécialité médico-technique, explique la Pr Bergeron-Lafaurie. Elle nécessite l’acquisition d’un certain nombre de compétences cliniques, notamment transversales, mais aussi d’importantes compétences techniques, dans les domaines de l’endoscopie bronchique bien sûr, en plein développement, mais aussi du sommeil, de l’allergologie respiratoire, de la tabacologie ou de la ventilation non invasive. Par ailleurs, les pathologies respiratoires ont désormais un poids épidémiologique considérable, alors que nous sommes peu nombreux. En tout cas, bien moins nombreux que les cardiologues, par exemple, alors que les maladies cardio-vasculaires ont un poids épidémiologique équivalent. Il y a donc une nécessité forte de donner aux pneumologues un socle de compétences très large pour qu’ils soient des médecins de premier recours, conformément aux objectifs affichés de la réforme. »
Ce passage de quatre à cinq ans a parfois fait grincer des dents dans d’autres spécialités qui avaient réclamé, en vain, le même allongement de maquette. « Dès le début, nous avons travaillé en lien très étroit avec les internes pour monter un dossier solide. Toutes les spécialités n’en ont pas fait autant », affirme la Pr Bergeron-Lafaurie, en précisant qu’un rapport Igas/IGAENR doit prochainement être rendu sur ce sujet.

La maquette va encore devoir évoluer
Le DES de pneumologie, comme les autres, se découpe désormais en trois phases : un an de socle, trois ans d’approfondissement et un an de consolidation. « Au cours de la première année, l’objectif est d’acquérir un certain nombre de compétences de base de la pneumologie, tout en ayant une formation technique, notamment articulée autour de la pratique de la simulation pour l’endoscopie bronchique. Il y a obligation, commune à tous les DES, de valider des enseignements transversaux, et de faire un semestre de formation pratique », détaille la Pr Bergeron-Lafaurie.
« Le deuxième stage de la phase socle est libre. Dans les autres DES, il est centré sur la spécialité, ou les spécialités des co-DES. Les internes restent donc dans leur spécialité. Ce n’est pas le cas avec ce stage libre, ce qui pose problème. Si tous nos internes vont ailleurs pour un semestre, nous n’aurons plus personne en pneumologie », poursuit la Pr Bergeron-Lafaurie, en ajoutant que la maquette va donc devoir évoluer, et que cela va être discuté au sein d’un comité de suivi des maquettes de DES.
Autre problème, les formations spécialisées transversales (FST). « En pneumologie, environ 30 % des internes vont choisir une FST de cancérologie, un chiffre permettant de répondre aux besoins sur le terrain. La FST de cancérologie exige un stage d’oncologie et un de radiothérapie. Ce sont donc deux stages qu’il faut intégrer dans les stages libres de notre maquette. Or, dans la phase d’approfondissement, un seul stage libre est prévu, ce qui ne nous permet pas de caser cette FST. La solution serait de passer dans la phase d’approfondissement le stage libre de la phase socle. Ce qui permettrait de rester centré sur la pneumologie durant cette première année », suggère la Pr Bergeron-Lafaurie.
Enfin, la phase de consolidation recèle encore beaucoup d’inconnues. « On attend de voir ce que les tutelles vont nous demander », indique la Pr Bergeron-Lafaurie.

Entretien avec la Pr Anne Bergeron-Lafaurie, service de pneumologie, hôpital Saint-Louis (Paris), coordinatrice du DES de pneumologie d’Île-de-France. En collaboration avec le Quotidien du médecin, N°9654 du jeudi 5 avril 2018. Spécialiste by pneumologue.

Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
Publicité
livreslivrescontactspublicationstwitter