logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Pharmaciens inspecteurs de santé publique : les inscriptions au concours sont ouvertes.

238 partages mail facebook twitter linkedin
Les inscriptions pour le concours de recrutement des Pharmaciens inspecteurs de santé publique (PHISP) ouvrent ce lundi 19 février et seront closes le lundi 19 mars à minuit. Comme chaque année, le nombre de postes n’est pas encore connu. Peu d’appelés mais des débouchés et des enjeux futurs passionnants pour ce métier encore trop méconnu. Walid Mokni, Professeur à l’EHESP et Responsable de formation des Pharmaciens inspecteurs de santé publique fait le point pour Remede.org.

La santé publique ne faisant pas partie du cursus pharmaceutique classique, le métier de Pharmacien Inspecteur de Santé publique(PHISP) n’est pas connu par les étudiants. Le parcours de Walid Mokni aujourd’hui responsable de la formation des ces professionnels de santé illustre pourrait bien ouvrir des horizons et susciter des vocations.

Un parcours bien rempli et passionnant

Après un bac obtenu en Allemagne, ce jeune tunisien rejoint la faculté de Strasbourg où il passe l’internat de pharmacie bien que tenté par l’officine. Mais il ne s’arrête pas là, passe le résidanat en parallèle d’un master recherche à l’Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire, une référence dans son domaine. Il intègre ensuite le laboratoire de Neurobiologie et Pharmacologie Cardiovasculaire à la faculté de Médecine en tant qu’assistant hospitalier universitaire. Il travaille sur l’hypertrophie cardiaque sous la direction du Dr Claire Lugnier, dont la réputation mondiale dans le domaine des Phosphodiestérases est largement reconnue. Puis au sein du Laboratoire du Pr Pacal Bousquet sur l’implication du système nerveux central dans le syndrome métabolique d’une part, et la mort subite du nourrisson d’autre part. Il devient un chercheur reconnu par ses pairs.
Avant de rejoindre l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) à Rennes, il a été Conseiller-expert en santé publique et environnementale à la Direction générale de la santé.

Un CV impressionnant dont nous n’avons résumé que quelques lignes.

Une pointure donc bien placée pour témoigner de la variété des missions et des secteurs d’intervention des PHISP.

Effectivement, Sur les 218 PHISP en activité recensés par le ministère de la Santé, 134 sont affectés dans les agences régionales de santé (ARS), 25 dans l’Administration centrale, 13 à l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), 11 à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), 1 à l’Agence de Biomédecine. A ce total s’ajoute et 18 PHISP en détachement dans différentes structures (TGI, Ordre des Pharmaciens, UE, OCLAESP, EHESP et certains ministères.

Critères de recrutement
« Tous les profils sont les bienvenus » affirme ce sur-diplômé. Chaque année, une cinquantaine de candidats postulent pour des promos qui tournent ces dernières années aux alentours de 6 à 8. Pour candidater, il faut trois ans d’expérience professionnelle dans n’importe quel domaine de la pharmacie ou avoir passé l’internat. "Aujourd’hui le métier se féminise et rajeunit avec une moyenne d’âge de 38 ans pour les étudiants de l’EHESP et c’est une bonne chose car le métier manquait singulièrement d’attractivité auprès des jeunes."

La méconnaissance du statut de PHISP, (qui commence cadre A de la Fonction publique) ainsi que la politique d’affectations dans certaines organisations qui les cantonnaient dans les anciennes prérogatives de contrôle ne mobilisait pas les foules.

Des missions en devenir

Si la mission première des PHISP consiste à contrôler l’application des lois et des règlements relatifs à l’exercice de la pharmacie et de la biologie médicale, au respect de la sécurité sanitaire, elle ne doit pas rester dans le pur contrôle administratif mais bien dans la mise en œuvre d’une expertise pharmaceutique de ces professionnels qu’ils exercent dans une Agence Régionale de Santé, à l’Agence nationale de sécurité du médicament ou encore au sein de l’ Autorité de sûreté nucléaire… »


Une formation sur le terrain

Il n’est pas évident de postuler à un concours offre si peu de places et dont ne connaît pas les possibilités d’affectations avant de s’inscrire au concours. Pas facile non plus de s’engager à l’issue du concours pour une année de formation à Rennes. Il faut savoir que cette formation est rémunérée. Les candidats admis sont considérés comme fonctionnaires stagiaires et rémunérés par le ministère de la Santé.
Pendant cette année, ils passent la moitié du temps en formation théorique et le reste en stage sur le terrain. Un stage en ARS est obligatoire dans les trois premiers mois car le candidat pourrait invoquer le droit au remords s’il réalise qu’il s’est trompé de voie. « Mais cela n’arrive jamais car les sélectionnés sont très motivés et bien informés sur les attentes des jury sur les compétences demandées dans ce métier » précise Walid Mokni. « Nous ne faisons pas la course aux double ou triple casquettes dans notre recrutement mais il faut que les candidats soient bien conscients qu’un bagage juridique et qu’une appétence pour tout ce qui relève de la planification médico-économique est essentiel ».


Procédure d’inscription

  • Se rendre sur le site du ministère de la Santé
  • Date limite pour rendre les dossiers : au plus tard le lundi 19 mars 2018 à minuit
  • Date et lieux du concours
    Les épreuves écrites d’admissibilité auront lieu le mercredi 16 mai 2018 dans les centres suivants :
    Métropole : Ajaccio - Amiens - Bordeaux - Dijon - Lyon - Marseille - Montpellier - Nantes - Orléans - Paris - Rennes - Rouen - Strasbourg.
    Région, départements et collectivités territoriales d’Outre-mer : Guadeloupe - Guyane - La Réunion - Martinique.
    Des centres d’examen pourront être créés ou supprimés en fonction du nombre et de la localisation des candidatures enregistrées.
  • Les épreuves orales d’admission auront lieu à Paris à partir du lundi 17 septembre 2018.

Combien gagnent-ils ?
https://www.emploi-collectivites.fr/grille-indiciaire-etat-pharmacien-inspecteur-sante-publique/0/5918.htm

238 partages mail facebook twitter linkedin
  • Anne Marie DE RUBIANA
  • Rédactrice en chef de Remede.org
  • amderubiana@remede.org
Tags :
  • Top - ne pas manquer
  • professionnels_pharmacie
  • internat_pharmacie
livreslivrescontactspublicationstwitter