logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Non le burn-out, ne passera pas par moi !

0 partage mail facebook twitter linkedin
Si le tabou de la souffrance des soignants commence à être levé au regard des documentaires, articles, témoignages, thèses qui nous interpellent de plus en plus souvent au quotidien, il n’en demeure pas moins que le silence continue de peser sur les étudiants en santé et l’ensemble des professionnels de santé. De nombreuses initiatives viennent à leur secours pour « ouvrir la parole » et prévenir les cas d’épuisement professionnel. Aux premières lignes de la gestion du risque médical, la MACSF, assureur des professionnels de santé met en place des outils pour aider les soignants à détecter les situations à risque.

Les métiers de la santé sont à haut risque de rupture partielle ou totale de la ligne de vie.
Dans l’étude SPS 2015 de l’institut Stéthos, 50% des soignants avaient ou étaient concernés par l’épuisement professionnel (burn out) et 14% par une addiction. Le risque suicidaire professionnel le plus élevé est celui des acteurs de la santé et de l’action sociale (Observatoire national du suicide, 2016). L’an passé, l’association Soins pour les Professionnels de Santé est venue à leur secours en créant une plateforme et un numéro vert dédié (0805 23 23 36) accessible 24H sur 24.
En effet, lors du Colloque « Soigner les professionnels de santé vulnérables » ( 2016 au Val de Grâce), il ressortait que 95% des professionnels de santé ne connaissent pas d’association ou de numéro d’appel dédiés à la souffrance des soignants. Vers qui se tourner en cas de fléchissement ? 50% ne savent pas ; les autres ont une ou plusieurs idées : pour 43% la famille, 68% un confrère/consoeur, 30% un(e) ami(e), 21% un psychiatre/psychologue.

Mais il est bien connu que les professionnels de santé ne peuvent admettre qu’ils flanchent.

De son côté, La MACSF constate que le motifs d’arrêt de travail pour épuisement professionnel augmente depuis trois ans. Infirmiers, généralistes et anesthésistes sont les plus concernés. « Les raisons du burn out chez les professionnels de santé sont multifactorielles. Un rythme de travail très soutenu, notamment pour les médecins généralistes dont le nombre de consultations à la journée peut être très élevé, une charge émotionnelle très forte, notamment lorsque les soignants sont confrontés à des situations éprouvantes (décès d’un patient…), la désertification médicale qui oblige les praticiens à assurer une permanence des soins, une charge de travail administratif importante (gestion du cabinet médical et de l’activité libérale par exemple) qui représente aujourd’hui 30 % de temps de travail supplémentaire (soir et week-end), notamment pour les médecins généralistes ce qui engendre des journées de travail particulièrement longues mais aussi, la dégradation de la relation avec les patients et donc, les mises en causes qui en découlent. » explique Nicolas Gombault, docteur en droit et Directeur Général Délégué du groupe MACSF.

Une situation souvent génératrice d’erreur médicale. En bon assureur, la MACSF met au service de ses sociétaires, une équipe dédiée à la gestion du risque médical, composée de professionnels de santé et juristes. Ainsi, tout professionnel en proie à une réclamation d’un patient ou difficulté professionnelle pourra-t’il appeler un confrère médecin conseil sur la hotline médico-légale. Avec le Collège français des anesthésistes réanimateurs, elle propose des outils d’autodiagnostic sur la souffrance au travail.

0 partage mail facebook twitter linkedin
  • Anne Marie DE RUBIANA
  • Rédactrice en chef de Remede.org
  • amderubiana@remede.org
Tags :
  • En ce moment
  • liberal_installation
  • liberal_medecine
  • professionnels_medecine
  • liberal_odontologie
  • liberal_maieutique
livreslivrescontactspublicationstwitter