logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Espoir pour les recalés : l’extension du domaine d’admission dans les études de santé

29 partages mail facebook twitter linkedin
Le décret et l’arrêté parus au Journal officiel ce jeudi 31 mai vont bouleverser les modalités futures d’entrée dans les études de santé à l’heure de la mise en place de la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (ORE). Des expérimentations de modalités particulières d’admission ont déjà fait leurs preuves dans certaines facultés, celles-ci vont être prolongées et étendues à d’autres universités. Remede vous résume le programme.

Le décret du 30 mai 2018 prolonge et élargit les expérimentations relatives à des modalités particulières d’admission dans les études médicales, odontologiques, pharmaceutiques et de maïeutique pour répondre aux ambitions de la loi ORE du 8 mars 2018. L’article 16 de celle-ci concerne effectivement les recalés de la Paces et prévoit la mise en place d’ « une première année commune aux études de santé adaptée pour permettre aux étudiants qui ont validé cette première année mais n’ont pas été admis en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques et de maïeutique de poursuivre leurs études dans des formations conduisant à un diplôme national de licence ou à un autre diplôme de l’enseignement supérieur » et précise que « les étudiants ayant validé un à six semestres d’une formation conduisant à un diplôme national de licence après la première année des études de santé adaptée bénéficient du dispositif d’admission directe en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques et de maïeutique. Bonne nouvelle donc pour les recalés qui peuvent bénéficier d’une seconde chance sans forcément passer par la case redoublement.

Certaines universités ont déjà initié ces expérimentations dont la durée vient d’être portée à huit ans contre six auparavant. Ces expérimentations sont donc prolongées jusqu’à la fin de l’année universitaire 2019-2021.


La PACES adaptée

La véritable nouveauté est la création d’une PACES adaptée (poursuite des études en licence) qui permet de se présenter une seconde fois aux épreuves d’admission en deuxième année des études de santé après, un à six semestres d’études après la première année des études de santé dans un cursus conduisant à un diplôme national de licence.
Attention ce dispositif n’est pas national, il ne concerne que certaines universités et le candidat ne peut postuler que dans son université d’inscription. La validation de cette PACES adaptée est définie par chaque université pratiquant l’expérimentation.

L’arrêté du 30 mai 2018 autorise les universités suivantes à tenter l’expérimentation : Angers, Brest, Paris-V, Paris-VII, Paris-XI, Paris XII, Paris XIII, Sorbonne, Aix-Marseille, Besançon, Caen, Clermont-Auvergne, Corse, Grenoble Alpes, Lorraine, Lyon-I, Poitiers, Reims, Rennes-I, La Réunion, Rouen, Saint-Etienne, Strasbourg, Tours.


Bon à savoir

L’arrêté contient en annexe des tableaux prévisionnels de l’évolution des places attribuées pour chaque université pour l’entrée en deuxième année

29 partages mail facebook twitter linkedin
  • Anne Marie DE RUBIANA
  • Rédactrice en chef de Remede.org
  • amderubiana@remede.org
Tags :
  • Top - ne pas manquer
  • paces_medecine
  • paces_odontologie
  • paces_pharmacie
  • paces_maieutique
  • paces_concours_maieutique
  • paces_concours_medecine
  • paces_concours_odontologie
  • paces_concours_pharmacie
livreslivrescontactspublicationstwitter