logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Suicide d’une étudiante en Paces à Marseille

0 partage mail facebook twitter linkedin
Entre deux épreuves de concours de fin de semestre de la Paces, une étudiante a mis fin à ses jours à son domicile, hier. Elle ne s’était pas présentée le premier jour aux épreuves. Un nouveau drame à la faculté de médecine de la Timone à Marseille.

« Les étudiants en médecine une nouvelle fois en deuil à Marseille. Des concours inhumains qui brisent des vies », a immédiatement dénoncé le Syndicat autonome des internes des Hôpitaux de Marseille (SAIHM). « Face aux risques psychosociaux, nos études ne sont pas adaptées ! », a renchéri Olivier Le Pennetier, ancien président de l’Intersyndicale nationale des internes (Isni) qui a mené de nombreux combats pour alerter les pouvoirs publics aux souffrances des étudiants et ouvrir les yeux sur la santé mentale des jeunes soumis à des pressions excessives dues à la sélection.

« On essaye que cela se passe le plus sereinement possible aujourd’hui, alors que va débuter le deuxième jour du concours, a déclaré le professeur Georges Léonetti, doyen de l’université. Nous attendons la confirmation de ces événements et avons mis en place avec la médecine préventive de l’université un numéro de téléphone pour apporter une aide psychologique aux étudiants qui en feraient la demande. Nous faisons tout pour que les épreuves se passent le plus sereinement possible malgré ce drame dont nous venons de prendre connaissance. »

L’émoi est très fort parmi les 2 800 étudiants inscrits en première année de médecine à la faculté de Marseille. Une « cellule de soutien psychologique est mise en place par l’université pour accompagner les étudiants et les équipes pédagogiques ».

Ce choc n’est pas sans rappeler plusieurs tragédies dont celle du 1er octobre dernier avec l ’assassinat d’une étudiante en médecine et un autre en école d’infirmière lors de l’attentat dans la gare Saint-Charles de Marseille. Sans oublier le suicide d’un interne en chirurgie le 15 février 2016 : un destin brisé pour ce jeune homme de 27 ans qui poursuivait également un master.

Ces événements sont d’autant plus terrifiants que selon les dernières enquêtes et colloques du SPS (Soins aux professionnels de santé ), 25 % des soignants ont des idées suicidaires.

0 partage mail facebook twitter linkedin
  • Anne Marie DE RUBIANA
  • Rédactrice en chef de Remede.org
  • amderubiana@remede.org
Tags :
  • suicide
  • Santé publique
  • paces_concours_medecine
  • Top - ne pas manquer
livreslivrescontactspublicationstwitter