logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Sexisme au cours du 3 ème cycle : enquête en cours

5 partages mail facebook twitter linkedin
A l’heure où l’Intersyndicat national des internes (ISNI) lance une enquête nationale sur le sexisme dans les études médicales, Remede vous invite à découvrir ou redécouvrir l’initiative de deux étudiantes en médecine pour dénoncer le sexisme ordinaire qui règne à l’hôpital. Leur tumblr « Paye ta blouse » permet à chacun et chacune de partager leurs expériences et de mettre des mots sur le quotidien de nombreuses femmes médecins, infirmières ou encore étudiantes.

- Qui êtes-vous ?
Nous sommes 2 étudiantes en médecine en 5 et 6e année. On souhaite garder notre anonymat, pour deux raisons, la première c’est qu’on n’a pas fait ça pour mettre nos individualités en avant et la seconde, pour garder notre liberté de parole.

- Comment l’idée vous est-elle venue ?
C’est un sujet qu’on aborde souvent entre nous. Dès qu’il nous arrive quelque chose comme ça, on se le raconte, mais ça reste souvent des anecdotes alors que c’est bien plus grave. On a vu le Tumblr « paye ta Shnek » (témoignages de harcèlement sexiste dans l’espace public) et on a eu l’idée de le faire pour le monde médical. C’est un phénomène qui est soit minimisé, soit nié. Notre page permet de montrer que ça existe et que c’est bien plus général qu’on le pense.

Pour survivre à ce stage, on va faire comme si on ne voyait rien

- Et les paramédicales ?
« Paye ta blouse », ce n’est pas que pour les médecins et étudiants en médecine. « Paye ta blouse » s’adresse à toutes les professions de l’hôpital. Tout le monde est touché, de l’ASH au médecin en passant par l’infirmière et l’aide-soignante. En tant qu’étudiante en médecine, on a parfois travaillé en tant qu’aide-soignante, et on se rend compte que ce phénomène touche tout le monde, quel que soit le statut.

- Avez-vous déjà vécu des expériences de ce type ?
Avant même de mettre un pied à l’hôpital, on est déjà dans une ambiance très misogyne. Pas seulement avec des blagues, mais des expressions, des remarques qu’on entend dès la PACES et qui « nous mettent dans une ambiance » ou les femmes sont réduites à leur sexe.
On en parle entre nous, et on réalise que c’est un problème systémique, c’est vécu par énormément de personnes. Les témoignages le montrent, ils viennent de toutes les professions.

Va falloir que tu dises ton moyen de contraception au patron si tu veux un poste chez lui.

- Pensez-vous que cela va changer à l’avenir ? Comment faire pour changer ces comportements ?
J’espère bien que ça va changer, on fait un métier parce qu’il nous intéresse et qu’on l’aime, on ne fait pas ça pour taper sur la profession comme on a pu nous le reprocher. On veut travailler dans un environnement sain. C’est en pointant le problème du doigt qu’on fera changer les choses. Beaucoup des gens n’osent pas parler, par peur de briser leur carrière.
On parle de la féminisation de la médecine, mais les professeurs, PUPH, sont en grande majorité des hommes, d’un certain âge et blanc. Malgré la féminisation de la médecine, peu de postes à responsabilité sont tenus par des femmes.

Tu peux te déplacer, je ne vois pas le scanner ? Et pendant que tu y es, fous-toi à 4 pattes !

Nous avons voulu libérer les paroles mais ce ne sont pas des cas isolés. Il ne faut rien laisser passer et nous espérons que ce Tumblr contribuera à faire changer les choses et les mentalités.

C’est chose faite avec l’enquête menée par l’ISNI. Nous vous encourageons vivement à y participer.
RDV le 18 novembre prochain pour connaître les résultats lors de l’Université d’été du syndicat.

5 partages mail facebook twitter linkedin
  • Anne Marie DE RUBIANA
  • Rédactrice en chef de Remede.org
  • amderubiana@remede.org
Tags :
  • internat_medecine
  • 2ecycle_medecine
  • 3 eme Cycle
livreslivrescontactspublicationstwitter