logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Sébastien - Toulouse - Concours décembre 2015

1 - Présente-toi : Fac d’origine, Année d’obtention du concours, classements, affectation finale, avancée actuelle du cursus.

J’étais à Marseille jusqu’en 3e année puis je suis arrivé à Toulouse pour le 2e cycle. Concours obtenu en décembre 2015 (1re tentative) avec un classement de 281e qui me convient tout à fais sachant que je visais PH.

2- Pourquoi avoir choisi l’internat ?

J’ai commencé à me diriger vers l’internat via le discours des enseignants de la fac (qui vantaient beaucoup la filière) et pour me faire une idée j’avais réalisé durant l’été un stage d’observation en CHG pour savoir vraiment en quoi consistait le métier de pharmacien hospitalier et cela m’avait beaucoup plu sur tous les plans. J’aimais bien aussi les autres filières, mais les discours de la majorité des pharmaciens que j’ai rencontré m’ont beaucoup refroidi et quant à l’industrie je ne me voyais pas faire ma carrière dans les grandes villes et avec une pression constante.

3- Comment se passe la préparation à l’internat dans ta fac ? Qu’en penses-tu ?

À Marseille la préparation commence dès la 3e année avec 2 UE de chimie analytique (exos + théorie plus approfondies qu’en formation commune de base) et une UE de statistique. Je n’avais suivi que les UE de chimie analytique qui j’ai trouvé sont utiles, mais pas excellentes. À Toulouse c’est en 4e année que la préparation commence réellement avec une UE d’exercices, là rien n’est développé en plus de la formation commune de base ; il ne s’agit que de révisions. Nous ne sommes par filière qu’au milieu de 2e semestre de 5e année après le passage du CSP et là commence la suite de la préparation à l’internat qui couvre à peu près l’ensemble des items du programme jusqu’au mois d’octobre (avec une pause l’été). J’ai trouvé les cours de préparation assez inégaux, certains étant plus utiles que d’autres, il y avait aussi beaucoup d’évaluation en ligne sur l’ENT. C’est au 2e semestre de 4e année qu’ont débutées le soir les conférences données par les internes de Toulouse, elles étaient vraiment de très bonne qualité et permettait d’apprendre beaucoup, mais elles ne couvraient pas du tout l’ensemble du programme.

4- Comment as-tu organisé ta préparation dans le temps au long de l’année ? avec le stage hospitalier ?

Je n’ai vraiment pu me consacrer à l’internat totalement qu’après le passage du CSP et donc très tard somme toute. Je n’avais pas beaucoup réalisé de fiches les années précédentes et je me suis mis à récolter un maximum d’informations, j’ai acheté des livres et j’ai commencé à ficher les points où j’avais le plus de lacunes. Je suis allé à la majorité des cours de préparation de la fac et des conférences des internes. Mon organisation était assez chaotique et je ne suivais pas vraiment d’ordre particulier, je révisais de sorte à travailler le plus possible selon mes envies du moment en faisant en sorte quand même de ne rien oublier. Je ne saurais pas dire de temps de travail tellement c’était variable. Ensuite pendant l’été je travaillais à partir de 10-11h (heure du lever) et faisais de fiches jusqu’à midi puis en début d’après-midi je faisais des exercices et complétais mes formulaires au besoin (je n’ai commencé réellement que durant l’été à m’y plongé). Une fois ma thématique d’exercices terminée je faisais des révisions de la section IV. J’arrêtais de travailler vers 20h en moyenne. Je prenais des pauses de 5-30 min si le besoin se faisait sentir. À la rentrée j’avais à peu près le même rythme qu’avant l’été, mais je faisais des annales d’exercice chaque soir (ou presque) puis le stage hospitalier a commencé en octobre jusqu’à mi-novembre et fut marqué par une baisse de régime : j’avais beaucoup de temps de transport pour me rendre à l’hôpital (environ 2h aller-retour) et terminais souvent plus tard que les horaires théoriques. De plus le stage ne me plaisait pas et a beaucoup mis à mal ma motivation... De mi-novembre à décembre je me levais vers 9-10h et révisais la section IV, l’après-midi je faisais mes 2h d’annales d’exercice et environ 120 QCMs et le reste du temps jusqu’à 20h je revoyais différentes fiches que j’essayais de réciter par coeur rapidement.

5- Quels supports as-tu utilisés (livres, polys d’exos, polys de confs, cours de ta fac...) ?

J’ai utilisé le livre infectiologie d’interpharma et bactériologie/virologie de prépapharma pour ficher la bactério et la viro, infectiologie + mes cours pour la parasito/myco. Pour l’hémato le site d’hématologie cellulaire d’Anger essentiellement ainsi que les cours de Marseille et Toulouse, j’avais aussi pour les dossiers le livre hématologie immunologie dossier de spécialité qui était bien surtout pour la dernière ligne droite dans les révisions. Pour la toxicologie le livre toxicologie de prépapharma et correction des erreurs avec des cours. Pour les exercices les exos de Marseille et Toulouse, les annales, le pharma mémo tome 2, chimie analytique chimie des solutions tome 1. Pour les médicaments essentiellement le livre médicament de prépapharma complété par des cours (il peut être beaucoup complété, mais je ne suis pas sûr que ce soit vraiment utile au final pour le concours, plus pour plus tard). Pour la biochimie j’ai utilisé les cours de Marseille et Toulouse et les conf, j’avais le bouquin pharma mémo, mais je le trouvais juste imbuvable.

6- As-tu fait des fiches ?

J’en ai fait un certain nombre oui ! Jusqu’à très tard d’ailleurs (un peu trop) ça aide beaucoup selon moi surtout que certains livres peuvent être convertis en fiches assez facilement en tableaux synthétiques bourrés de mots clés quand on enlève tout le tralala et ajoute de la structure. Je trouve ça très utile, mais excessivement chronophage cependant ce qui implique de faire des choix. Je pense que la section IV est celle qui s’y prête le mieux (la toxico et les médicaments sont déjà sous forme de fiches dans les livres ; il n’y a qu’à vérifier, compléter, vérifier)

7- As tu l’impression d’avoir travaillé plus/moins/ à peu près pareil qu’en P1 ?

J’ai l’impression d’avoir moins travaillé, mais c’est très différent. En P1 c’est de nouveaux cours à ingurgiter sans prendre de retard et ce ne sont que des QCMs donc il suffit d’avoir un minimum de connaissance et de la logique sans avoir à tout ressortir par coeur (en général). Là ce sont des cours que l’ont connait déjà depuis longtemps qu’il faut maitriser et lier aux autres matières, les QCMs sont moins piègeux, ce que l’ont réapprend est utile en général donc la démarche est différente même si cela reste un concours et qu’il faut se forcer à faire des exercices qui eux ne servent à rien souvent, apprendre à rédiger en mots clé...

8 - Ton classement au concours blanc était-il un bon indicateur de ta réussite ?

J’étais environ 100e au concours blanc national donc assez bon indicateur, je pense. À la fac les partiels faisaient guise de concours blanc et aux derniers j’étais 31/44 donc moins représentatif.

9 - Comment as-tu fait ta liste de choix d’affectation ? As-tu privilégié la zone où tu étais mieux classé(e) ou celle plus proche de chez toi ?

Je n’ai pas arrêté mon choix, mais je pense me rapprocher du Sud Est près de ma famille si ma moitié parvient à avoir une mutation dans la même zone. Le classement m’indiffère.

10 - Quels conseils donnerais-tu aux petits nouveaux qui vont passer le concours l’an prochain/cette année ?

De mes erreurs j’aurais tendance à dire : bossez les exercices à fond suffisamment tôt pour avoir son formulaire tout prêt et faire un maximum d’exercices toutes sources confondues ; les annales étant les meilleures, mais à force de les refaire ce n’est plus vraiment représentatif. Les épreuves vont super vite le jour J donc bien s’entrainer à être rapide là dessus ! Pour les dossiers, bien s’organiser dans les révisions (privilégier des supports qui facilitent l’apprentissage (livres, cours, fiches) et les compléter au fur et à mesure. S’entraider en posant des questions de groupe sur des sujets un peu bizarres qui nous échappent plutôt que de bloquer à essayer de comprendre. Ce sera plus facile à apprendre vulgarisé par un autre étudiant. Bosser la section II via les QCMs pour éviter de se perdre dans les détails inutiles : il faut garder les détails pour la section IV qui tombe en dossier sans s’encombrer l’esprit ! Assistez aux conf des internes de votre région s’il y en a. Toujours y croire parce que c’est difficile de se situer, mais il y a aussi une grosse partie de chance au concours et chacun dispose de ses propres atouts. Être attentif aux cours dès la 2e année sur ce qui figure au programme de l’internat et qui ne sera pas plus développé les années suivantes... Bon courage à tous !

11- Comment as-tu géré le temps de latence entre les différentes épreuves (le soir) ? Révisions de dernière minute ou aération d’esprit ??

J’ai très mal géré ce temps pour ma part. J’étais à l’hôtel et je n’ai pas travaillé à part relire les valeurs normales. J’étais lessivé, mais j’ai commencé à développer un rhume avec céphalées et nez bouché très désagréables qui m’ont empêché de dormir (j’ai pu dormir que 4h et n’étais pas frais pour les épreuves) donc apportez médicaments en pensant à toutes les éventualités et si possible ne pas oublier la prévention quand elle existe (style vaccin contre la grippe,...). Savoir gérer les stress, avec traitement symptomatique de ce qu’il occasionne sur vous aussi.

livreslivrescontactspublicationstwitter