logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Romain - Châtenay (Paris-Sud) - Concours mai 2014

1 - Présente-toi : Fac d’origine, Année d’obtention du concours, classements, affectation finale, avancée actuelle du cursus.

Paris-Sud (Châtenay-Malabry), reçu en 2014, 127e, PH Sud (normalement Montpellier)

2- Pourquoi avoir choisi l’internat ?

Depuis mon entrée en pharmacie, je souhaitais travailler à l’hôpital, ce monde si particulier et si enrichissant. J’ai fait mon stage d’initiation en officine et j’ai su que cette filière n’était pas faite pour moi. Par la suite, j’ai adoré nos cours de pharmacie clinique et les cas cliniques présentés dans nos enseignements coordonnés. Comprendre le médicament et ses effets sur le patient a vraiment été une motivation qui m’a poussé à poursuivre en internat.

3- Comment se passe la préparation à l’internat dans ta fac ? Qu’en penses-tu ?

A Châtenay, nous avons une filière de préparation à l’Internat. Elle comprend des QCM, DBT et exercices. Certains professeurs corrigent des annales, d’autres inventent de nouveaux cas. Pour ma part, j’ai trouvé que tout ne se valait pas. D’une part, les révisions de QCM sont parfaitement inutiles lorsque l’on utilise régulièrement Remède (après 120 sessions, on commence à avoir fait le tour des questions ^^). Les exercices valent le coup, parce que la plupart du temps, s’y remettre seul est très compliqué ! Pour les DBT, on a de très bons profs avec une réelle motivation et une application hospitalière des cas (très intéressant donc !), d’autres ne sont pas à jour dans les recommandations et c’est très frustrant d’apprendre des choses fausses ! Il vaut mieux fuir … (après 5 ans de pharma, on maitrise la fuite discrète en amphi ^^)

  • DBT + : Infectiologie (Viro, Bactério, Parasito), Immuno, Biochimie
  • DBT - : Pharmacie clinique, Toxico, Hémato
  • Ce n’est que mon avis et certains ont été ravis de tous nos DBT.

Avec le recul, je me rends compte que j’aurais mieux fait de n’aller qu’aux exercices et à la moitié seulement des DBT. J’aurai gagné du temps que j’aurai pu utiliser dans mes loisirs.

4- Comment as-tu organisé ta préparation dans le temps au cours de l’année ? Avec le stage hospitalier ?

Pour commencer, j’ai choisi un hôpital qui n’était pas le plus prêt de chez moi, mais c’était le CHU de l’université (Bicêtre). Grande nouvelle, on pose nos jours comme on le souhaite avec une limite de 1 mois consécutif par service. Au niveau des choix de services, j’ai choisi médecine interne (très formateur et complet, 3 mois durant lesquels j’ai pu voir concrètement tous les DBT en vrai ! J’ai aussi assisté à des cours de médecine interne qui m’ont beaucoup aidé dans mes révisions (hémato +++, infectio +++). Par la suite j’ai choisi un service plus calme (préparations des essais cliniques stériles) qui m’a permis de pouvoir réviser un peu plus en BU, je ne quittais plus l’hôpital à 13h30 !! Je suis ensuite arrivé en gériatrie aigue pour 4 jours avant mes congés de révisions, stupide ? À moins d’avoir travaillé sur le cas d’un patient venu pour chute à répétition à cause de iatrogénie médicamenteuse (Oh mais c’était le sujet du DBT 5 du concours). Merci l’UGA <3 (Best service for ever)

J’ai assisté aux confs de P5, mais j’ai vite arreté (novembre), rentrer chez soi à 22h30 après le 2e aller retour de la journée dans le RER était devenu trop fatiguant. J’avais choisi les conf de P5 par rapport à celle de PXI car les dates étaient fixes et c’était donc plus simple pour travailler en officine. De plus P5 donne tous les polys en même temps, nous permettant de réviser à notre rythme. (PS comme partout, il y a des excellents et des vraiement moins bons conférenciers)

Sinon BU tous les jours depuis septembre 14h-19h (ou 20h) sans pause et puis rien d’autres le soir !! Uniquement repos et sorties. Afin de ne pas craquer, j’ai décidé de garder une vie sociale normale et j’ai gardé un plaisir de travail jusqu’au bout, ma vie ne s’est pas restreinte au concours. Je suis parti en vacances en novembre et en mars sans mes polys. Alors un conseil, trouvez le moyen de vous détendre et ne rentrez pas dans cette obsession maladive de compter les minutes de pause.

Travaillez efficacement et aérez-vous l’esprit ! Mens sana in corpore sano ! À méditer

5- Quels supports as-tu utilisé (livres, polys d’exos, polys de confs, cours de ta fac...) ?

J’ai appris sur les polys de P5 (CIPL). Tout n’est pas à jour, c’est pourquoi j’ai compléter avec mes cours et mes autres ressources. En premier, le Vidal Recos (mis à jour tous les deux ans). Fiable (basé sur les recommandations de la HAS, ANSM, société savante), montrant une vision globale, très intéressant au niveau du suivi des pathologies et de la prise en charge non médicamenteuse (souvent moins traité en cours). Au risque de passer pour un psychopathe, mon deuxième meilleur ami a été le Dorosz 2014 que j’ai lu comme un bon bouquin, compact et complet pour l’Internat, pas de détails inutiles, cohérent avec la pratique, la Bible quoi ! ;-) Le POPI a également été une bonne base en infectio au niveau de la prise en charge. Sinon j’ai acheté le Pharma Mémo Exo tome 1 (c’est un formulaire quasi complet) parce que j’avais une énorme flemme de faire des fiches moi-même. Le Pharma Mémo de Toxicologie pour les mêmes raisons (attention il manque 2 ou 3 items, qui ne tombent jamais, à rajouter donc). Le KB d’hématologie est vraiment pas mal pour ses supers schémas.
Au niveau des exercices, j’ai utilisé les annales corrigés que j’ai trouvé sur Remèdes (depuis 1991, ne vaut pas forcément le coup, à partir de 1996 me semble déjà bien suffisant). Idem pour les DBT et le module de QCM.

6- As-tu fait des fiches ?

Je n’ai jamais fait de fiche, ça ne me convient pas.

7- As tu l’impression d’avoir travaillé plus/moins/ à peu près pareil qu’en P1 ?

Plus efficacement c’est sur !! Plus longtemps également. Mais j’ai plus profité de la vie également ! Au moins en 5e année on peut réviser en se disant j’apprends un métier, c’est pour mon avenir ! De plus c’est bien plus concret et même si vous ratez le concours, vous aurez acquéri un niveau, des automatismes et vous serez plus à l’aise.
J’ai aussi eu moins de stress puisque le ratio admis/ajournés est plus en notre faveur à l’Internat et par ailleurs je souhaitais PH et pas forcément dans les régions les plus demandées donc pas utile d’arriver dans le top 10, un stress en moins ;-)

8 - Ton classement au concours blanc était il un bon indicateur de ta réussite ?

Deux concours blancs : 21/82 puis 6/82, une amélioration qui m’a permis de vraiment pouvoir avoir confiance en moi. Par contre, je ne crois pas au pronostic des CBs, le résultat est trop sujet dépendant !

9 - Quels conseils donnerais-tu aux petits nouveaux qui vont passer le concours l’an prochain/cette année ?

Travailleur en pensant à votre furure vie d’interne, projetez-vous, c’est la meilleure des motivations. Osez toucher du doigt cette carrière ! et surtout n’oubliez pas de profiter un peu de la vie.

10- Comment as tu géré le temps de latence entre les différentes épreuves (le soir) ? Révisions de dernière minute ou aération d’esprit ?

Déjà, le truc à ne jamais faire !!! Une session de QCM sur remède le matin de l’épreuve : 17/120 … Sinon entre les épreuves, j’ai beaucoup ri avec mes amis, à raconter tout et n’importe quoi, à se moquer des gens qui disait « Oh, mais cette année, c’est tellement simple !! » alors que toi tu viens de retourner ton cerveau sur un exo d’enzymo !! Habitant à 10 min de Rungis en RER et chez mes parents, je n’ai pas eu le stress qu’ont du ressentir les gens de province. Je me suis posé devant ma série, j’ai fait un gâteau et enfin j’ai regardé un épisode de Dr House pour pronostiquer le sujet du lendemain … Oui Oui … beaucoup d’espoir. De toute manière, les révisions de dernière minute ne m’ont jamais réussi.

livreslivrescontactspublicationstwitter