logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Réforme du 3e cycle de médecine : l’Isni estime être écartée de toute concertation

partage mail facebook twitter linkedin
L’intersyndicat national des internes (Isni) s’inquiète d’une volonté de « passage en force » des pouvoirs publics sur l’aboutissement de la réforme du troisième cycle des études médicales (TCEM), et réclame de pouvoir participer à la concertation sur les futures maquettes des spécialités.

Dans un communiqué, l’Isni estime que les ministères en charge de la santé et de l’enseignement supérieur "veulent une réforme avant l’échéance présidentielle de mai 2017, quitte à bafouer le principe de concertation des principaux intéressés".

L’intersyndicat affirme qu’"aucune discussion n’a été entamée autour des stages à effectuer dans chaque discipline et des différentes options et formations spécialisées transversales accessibles aux internes", et que les ministères "restent fermés à la discussion".

La réforme du TCEM, lancée par le gouvernement courant 2014 sur la base du rapport des Prs François Couraud et François-René Pruvot et pilotée par le Pr Benoît Schlemmer, s’est traduite par la publication d’une nouvelle liste des diplômes d’études spécialisées (DES) début décembre 2015, suivie en novembre 2016 par un décret réécrivant les dispositions réglementaires du code de l’éducation consacrées au cursus.

Pour être complète, la réforme, qui doit entrer en vigueur à compter de la rentrée universitaire 2017-18 aux étudiants affectés pour la première fois en troisième cycle, doit faire l’objet d’un arrêté spécifique, comportant en annexe les maquettes de formation de chaque spécialité.

Selon l’Isni, "pour que la réforme puisse aboutir sous le gouvernement actuel, il faudrait que les textes soient prêts pour la première semaine de mars", raison pour laquelle il a réclamé un "rendez-vous en urgence" auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, ainsi que du secrétaire d’Etat auprès de l’enseignement supérieur et de la recherche, Thierry Mandon.

Cette initiative intervient alors que plusieurs syndicats de verticalités et sociétés savantes se sont émus ces dernières semaines des conditions de la concertation, en faisant valoir différentes suppliques quant au contenu des maquettes, dont les cardiologues, les psychiatres, les anesthésistes-réanimateurs mais aussi les pédiatres et les hépato-gastro-entérologues.

Le 27 janvier, l’association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) avait déploré les "revendications croissantes des spécialités dans la dernière ligne droite" de mise en place de la réforme, et rappelé son attachement à sa mise en oeuvre dans le calendrier prévu.

© 2004-2017 - APM-International - Tous droits réservés. Les données sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l’encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l’accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM et le logo APM International, sont des marques d’APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d’APM, veuillez consulter le site Web public d’APM à l’adresse www.apmnews.com/

partage mail facebook twitter linkedin
Tags :
  • internat_medecine
  • Top - ne pas manquer
livreslivrescontactspublicationstwitter