logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Rapport ONDPS 2015 : Les épreuves classantes nationales (ECN) donnant accès au 3ème cycle des études médicales

Le rapport ONDPS (Observatoire National de la Démographie des Professions de Santé) 2015 s’intéresse particulièrement au "épreuves classantes nationales (ECN) donnant accès au 3ème cycle des études médicales"

Voici ce qu’indique le communiqué de presse de l’ONDPS :

Dans son rapport 2013-2014, l’Observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS) s’est attaché à décrire les objectifs, la gestion et les effets constatés du numerus clausus depuis sa création, et ce, pour les trois professions médicales et les pharmaciens. Il s’agit en effet du principal mécanisme de régulation des professionnels de santé utilisé en France, tant au plan quantitatif que géographique.

Dans la filière médecine, l’entrée à l’internat en début de 3ème cycle (en fin de 6ème année après le baccalauréat) constitue un second levier de régulation. A priori, depuis la mise en place des épreuves classantes nationales (ECN) en 2004, il ne s’agit plus d’une régulation quantitative, puisque tous les étudiants parvenus en fin de second cycle peuvent passer ces épreuves et sont affectables, dès lors que leur second cycle a été validé. En revanche, les postes d’internat sont ouverts par arrêté, par spécialité et subdivision, définies à un niveau assez fin depuis la réforme dite de la filiarisation (30 spécialités et 28 subdivisions).

Aussi l’ONDPS a-t-il jugé utile de poursuivre son analyse de la régulation des étudiants en médecine, telle qu’elle s’opère cette fois au moment des ECN et deux ans plus tard, au moment des inscriptions définitives après exercice du droit au remords et du changement de choix. Pour ce faire, l’Observatoire a fondé son travail sur l’information et l’expérience acquises depuis 2011 : en effet, chaque année, l’une de ses missions consiste à proposer aux ministres de la santé et de l’enseignement supérieur le nombre de postes d’internes en médecine à ouvrir par spécialité et subdivision.

Certains des constats dressés depuis 2004 par région et spécialité devraient pouvoir éclairer les décisions futures.

Le rapport 2015 est disponible ici sur sante.gouv.fr.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux : twitter facebook
livreslivrescontactspublicationstwitter