logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Pharmacologie pour les sages-femmes - De Boeck

Accueil > Sciences fondamentales > Pharmacologie > Fiche du livre > Critique de Sandra du 19 décembre 2014
Sandra
Pharmacologie pour les sages-femmes - Dominique BAYOT, Gilles FARON - DE BOECK -

Pharmacologie pour les sages-femmes

Dominique BAYOT, Gilles FARON

DE BOECK

ISBN : 9782804188177

Nb pages : 182

plus d'infosPlus d'info - Autres critiques

Introduction

"Pharmacologie pour sage-femme" est la deuxième édition du livre de pharmacologie destiné aux sage-femmes. Son but est d’indiquer l’impact des médicaments sur la grossesse, le développement foetal et l’allaitement maternel.

La liste des médicaments cités ne se limite pas à ceux utilisés en obstétrique mais s’étend aux autres spécialités. Il ne concerne pas le domaine de prescription des sages-femmes (SF) tel qu’il existe actuellement en France (droit de prescription d’antalgiques, d’antibiotiques, de moyens de contraception, de tocolytiques ou d’ocytociques...).

Le droit de prescription des sages-femmes belges est tout récent et ce livre a pour but de soutenir leurs connaissances en pharmacologie.

Le public visé se compose donc des étudiants sages-femmes, des sages-femmes diplômées qui ont reçu une formation en prescription pendant leur cursus (cas des SF françaises), et de celles qui suivent le curus complémentaire pour obtenir le droit de prescription (cas des SF belges diplômées antérieurement).

Ce livre a été rédigé par le Dr Dominique Bayot (professeur en école de sage-femme et institut de formation en soins infirmiers) et par le Dr Gilles Faron (chef de clinique à l’UZ Bruxelles). Une relecture fût faite par le Dr Marine Driessen, chef de clinique en gynécologie obstétrique, à l’hôpital de la Pitié Salpétrière.

Description physique

Mesures : 16,5 cm de largeur x 24 cm de long x 1cm d’épaisseur.
188 pages.
couverture : en carton plastifié, très robuste, avec une photo présentant un flou artistique de médicaments. L’aspect est assez joyeux et acceuillant et donne envie de découvrir cet ouvrage.
Les pages sont de bonnes qualité.

Qualité du contenu rédactionnel

Le livre est organisé en 13 chapitres.

Sont abordés : les médicaments du système cardio-vasculaire, gastro-entérologie, respiratoire, système nerveux central, endocrinien, infectieux, immunitaire, lles traitements tocolytiques et ocytociques, les vitamines et les minéraux. Le dernier traite des médicaments d’usage spécialisé. Exemple : sevrage alcoolique et tabagique. A la fin du livre, se trouve un index des médicaments en DCI, ce qui est très judicieux car elle permet d’homogénéiser la nomination des médicaments et ainsi de permettre aux professionnels d’utiliser un langage commun.

Dans l’avant-propos, les auteurs mettent en garde contre "le mouvement pseudo écologique" qui incite les femmes à refuser certaines médications qui sont nécessaires ou qui préfèrent accoucher à domicile. Je partage cette opinion car si la plupart des grossesses et des accouchements se déroule bien, les accidents, par définition, sont imprévisibles et leurs conséquences parfois irrémédiables.

Chaque chapitre se divise en sous-chapitres qui cible une partie du système en question. Exemple : dans le chapitre 2 relatif à la gastro-entérologie, une partie traite des pathologies gastriques et duodénales, des spasmolytiques, des pathologies hépatiques...Ainsi, tout le domaine de la gastro entérologie est balayé. Cette organisation est très synthétique, carrée et permet de trouver directement l’information recherchée.

Un rappel de physiopathologie est présenté à chaque début de sous-chapitre. Il est bien mis en évidence par un encadrement et les mots-clés sont en gras, ce qui donne une bonne visibilité. Les mécanismes biochimiques et physiopathologiques sont rappelés. Le texte est clair et compréhensible. Il est précis pour un public de sage-femmes (exemple : rôle des phosphodiestérases dans le sous-chapitre concernant les traitements de l’insuffisance cardiaque). Or, ce degré de précision est retrouvé dans le cursus des études de médecine et l’est beaucoup moins dans les écoles de sage-femme. Je pense qu’il aurait fallu plus expliquer ces mécanismes. De plus, ils sont davantage cités qu’expliqués et de bonnes connaissances en physiologie sont nécessaires pour comprendre l’action de ces enzymes. Je pense qu’une explication approfondie aurait pu être profitable.

Puis, Les traitements sont indiqués et citent les molécules et les réactions biochimiques, qui sont rappelées au début du chapitre. Cette organisation est très cohérente et permet au lecteur de comprendre les traitements.

La partie concernant les SF est encadré sur un fond gris. Exemple : dans le traitement des pathologies inflammatoires intestinales, l’encadré destiné aux SF précise que seuls les sulfalazine et mésalazine peuvent être prescrits pendant la grossesse. Je trouve que l’indication est très clairement dite : les SF savent directement quels traitements sont utilisables. Les posologies sont aussi indiquées. Exemple : la ranitidine, antihistaminique H2, traitement de l’excès d’acidité gastrique. Les auteurs préconisent un dosage de 100 à 200 mg/jour. La précision de ces dosages permet une connaissance rapide et ciblée des traitements et un usage immédiat.

Le public visé par les auteurs est aussi les étudiants en médecine. Si la partie de physiopathologie utilise un vocabulaire précis et est directement compréhensible par ces derniers (rôle des protéines G, action des phosphodiestérases, AMPc...), les explications sur les conséquences des traitements pourraient être plus poussées. L’explication est un peu simpliste pour ce public. Exemple : dans le chapitre sur les traitements antalgiques, le mécanisme de la réaction inflammatoire est bien expliqué, mais trop superficiellement pour les étudiants en médecine. Cela pourrait constituer un rappel, mais assez superficiel pour les carabins. Mais ce n’est pas un souci majeur, car le public concerné est surtout celui des SF.

Ce livre présente aussi un abord pratique : les pathologies fréquemment rencontrées sont exposées. C’est le cas de la dépression et le rôle des antidépresseurs, très répandus dans nos sociétés. Les auteurs expliquent la dangerosité des ces traitements sur la grossesse et l’allaitement mais nuancent aussi leur propos en expliquant le risque de syndrôme de sevrage qui peut découler d’un arrêt brusque.

J’aurais bien aimé trouver plus d’explications sur les conséquences néfastes de la prise de tel médicament. Par exemple, dans le chapitre sur le traitement des infections, parmi les antibiotiques urinaires, le triméthopime est contre-indiqué pendant la grossesse au premier et troisième trimestre. Il aurait pu être intéressant d’expliquer pourquoi ce traitement était néfaste et le mécanisme par lequel il induit sa nocivité. Ou alors s’il s’agissait d’un acte de prudence dû à un manque de données actuelles. Primum non nocere.

Dans le chapitre sur les vitamines, celles-ci sont citées, mais leurs effets délétères ne sont pas toujours exposés. Par exemple, un déficit en vitamine K peut provoquer une hémorragie, l’excès de vitamine A une cirrhose, une carence en vitamine C un scorbut...Effectivement, ces effets ne sont pas spécifiques à la grossesse, mais les femmes enceintes peuvent en être touchées. En revanche, les conséquences (directes) en obstétrique sont bien décrites : risque tératogène de la vitamine A par exemple. J’apprécie aussi la valorisation du rôle de l’acide folique sur le bon développement du bébé (fermeture correcte du tube neural). J’aime beaucoup aussi le fait que les auteurs précisent l’inhibition de l’absorption du fer par le thé, et sa meilleure absorption par la prise de vitamine C. C’est un conseil simple que les SF peuvent donner aux femmes enceintes et qui contribue à maintenir un taux de fer acceptable pendant la grossesse.

Qualité du contenu illustratif

Les rappels en physiopathologie utilsent des textes, mais aussi des schémas et des dessins. Dans le chapitre en gastro-entérologie, la représentation de la glande gastrique permet de se rappeler très rapidement son architecture.

Des schémas illustrent les mécanismes biochimiques. Exemple, dans ce même chapitre, un schéma explique le contrôle de la pompe à protons : il permet de voir d’un seul coup d’oeil les réactions suite à la fixation des neurotransmetteurs (acétylcholine, histamine...) sur leurs récepteurs cellulaires puis les réactions enzymatiques qui en découlent. J’aime bien cette présentation qui illustrent le texte. Il fait un rappel de connaissances théoriques et est aussi concret car ce sont les molécules exposées qui seront reprises plus loin dans les traitements.

Il y a aussi des tableaux. J’apprécie en particulier celui concernant les benzodiazépines et leurs principales propriétés (chapitre sur le système nerveux). La classification est logique car elle se fonde sur leur durée d’action (courte ou longue). Or, c’est justement le temps de demi-vie qui est important. Si une parturiente prend cette molécule peu de temps avant d’accoucher, il est important de savoir s’il entrainera une détresse respiratoire ou une hypotonie du bébé importante ou moindre. Exemple : cas du prazépam : prise antérieure à 50 ou 100h ? Cependant, j’aurais bien aimé trouver des propositions de substitutions à ces traitements anxiolytiques : est-ce que du yoga, de la sophrologie, parler avec un psychologue....pourrait aider la femme enceinte à prendre moins d’anxiolytiques ?

Il y a aussi des algorithmes. Celui concernant les modulateurs des contractions utérines est très clair. Je l’apprécie car il présente les étapes successives de mise en place des contractions utérines, et quelles molécules (naturelles ou synthétiques) les stimulent ou les inhibent. J’aime bien cette présentation biochimique. Exemple : place des prostaglandines et du calcium dans la synthèse des contractions utérines.

Cependant, j’aurais bien aimé trouver plus de schémas, de tableaux, et y voir des documents iconographiques. Par exemple, davantage de schémas sur la physiologie, un tableau récapitulatif sur les vaccins autorisés ou proscrits pendant la grossesse/ leurs effets sur le développement foetal/ période de la grossesse où l’administration est possible...

La rédaction est faite en noire et blanc. Je pense que des couleurs pourraient agrémenter et rendre encore plus acceuillant ce livre, permettrait de visualiser plus rapidement ce qui est important, de mettre en relief les schémas décrivant les mécanismes. Des documents iconographiques auraient constitués un "plus". exemple : photo d’un tube neural non fermé, de dents colorées en jaune par les tétracyclines, une représentation de l’AMPcyclique, une photo histologique de l’épithélium intestinal ou d’une glande gastrique....

Originalité de l’ouvrage

Le sujet en lui-même.
Peu de livres sont consacrés au rapport entre les SF et les prescriptions. L’idée de ce livre est excellente et très originale, il y aurait matière à développer ce sujet. Il peut être très utile pour les SF qui désirent approfondir leur connaissances aux médicaments en général et à leur impact sur la grossesse et l’allaitement.

Conclusion

Cet ouvrage est original, il sort des sentiers battus. La liste des médicaments est très complète et balaye les différentes spécialités. Les conséquences sur la grossesse et l’allaitement sont exposés presque à chaque fois. Il est pratique car les SF voient directement ce qui peut être prescrit ou non. Il peut être, par moment, trop détaillé pour des SF et pas assez pour des étudiants en médecine.

Au final, ce livre est très original et est promis à un bel avenir.

Notation détaillée

[+] Caractéristiques physiques de l'ouvrage3.3/5 pts
[+] Qualité du contenu rédactionnel28.8/50 pts
[+] Qualité du contenu illustratif20.8/25 pts
[+] Comparaison par rapport à la concurrence10/12 pts
Bonus / malus : Ni chaud, ni froid !0 pt
Note totale62.9/100 pts
Quelle est notre grille de notation ?
achat directAchat immédiat - Ajouter au panier
Cliquer pour donner un avis sur ce livre
livreslivrescontactspublicationstwitter