logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Pharmaciens inspecteurs de santé publique : un poste de moins qu’en 2016

3 partages mail facebook twitter linkedin
Alors que les épreuves écrites d’admissibilité des concours se dérouleront le 7 septembre, le nombre de postes offerts aux concours externe et interne pour le recrutement de pharmaciens inspecteurs de santé publique vient d’être publié au Journal officiel. Pour 2017, quatre postes sont ouverts au concours externe et un au concours interne. Une profession encore peu connue qui devrait se développer dans les prochaines années.

Jadis, les pharmaciens inspecteurs de santé publique (PHISP) étaient la police de l’Etat chargée de la lutte et la prévention contre les fraudes, le trafic de médicaments, l’exercice illégal de la pharmacie, le contrôle internet des sites… Aujourd’hui, ils restent chargés de contrôler l’application des lois et règlements relatifs à l’exercice de la pharmacie et de la biologie médicale, aux professions de la pharmacie, aux activités et aux produits de santé dans un objectif de sécurité sanitaire pour les patients. Leurs missions d’inspections pures ont largement diminué comme le montre leur répartition.

Sur les 211 PHISP en activité recensés par l’Ordre des Pharmaciens, 134 sont affectés dans les agences régionales de santé (ARS), 25 dans l’Administration centrale, 13 à l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), 11 à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), 1 à l’Agence de Biomédecine. A ce total s’ajoute et 18 PHISP en détachement dans différentes structures (TGI, Ordre des Pharmaciens, UE, OCLAESP, EHESP et certains ministères.

Avec un nombre insuffisant malgré une légère progression des effectifs, un vieillissement du profil de ces pharmaciens de santé publique (âge moyen de 50,5 ans, taux de féminisation élevé, taux d’encadrement de 8% pour seulement 17% d’effectifs sur des fonctions d’inspection pures), la profession s’inquiète sur le manque d’attractivité du métier du aux affectations dans certaines organisations dont les ARS qui réduirait la fonction inspection/contrôle, mission principale de leur fonction. Un rapport de l’IGAS a posé les bases pour une rénovation des missions pharmaceutiques afin :

  • d’ optimiser le temps pharmaceutique en recentrant l’activité des pharmaciens inspecteurs de santé publique sur l’expertise pharmaceutique par le transfert de la gestion administrative des autorisations et des contentieux afférents ainsi que des suivis d’activité des pharmacies et des laboratoires de biologie médicale vers du personnel administratif ;
  • d’alléger le droit des autorisations dans le domaine pharmaceutique dans le cadre de la simplification ;
  • d’orienter les missions pharmaceutiques autour d’une inspection contrôle redéfinie et renforcée, d’une structuration des compétences d’appui et de conseil et d’un développement de la gestion du risque.

Après deux ans d’attente, un groupe de groupe de travail a enfin été installé le 30 mars 2017 par le ministère pour la rédaction du référentiel métier. Les Phisp ont été les derniers des professionnels de la pharmacie consultés.

Conditions de recrutement

Recrutés sur concours national, ils sont titulaires du diplôme d ’ état de docteur en pharmacie et possèdent une expérience professionnelle d’au moins 3 ans, ou sont d’ anciens internes.

Combien gagnent-ils ?

https://www.emploi-collectivites.fr/grille-indiciaire-etat-pharmacien-inspecteur-sante-publique/0/5918.htm

3 partages mail facebook twitter linkedin
  • Anne Marie DE RUBIANA
  • Rédactrice en chef de Remede.org
  • amderubiana@remede.org
Tags :
  • professionnels_pharmacie
  • Santé publique
  • PHISP
livreslivrescontactspublicationstwitter