logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

PCEM1 et le numerus clausus réservé aux paramédicaux

Cet article est dépassé ! Le PCEM1 a laissé place à la PACES. Consultez maintenant notre rubrique PACES & numerus clausus pour les paramédicaux

Si vous êtes paramédical et que les études de médecine vous tentent, cet article va probablement vous intéresser. Comment s’inscrire, dans quelles conditions, quelles sont vos chances, tout y est, ou presque. Un bonus, l’expérience d’un infirmier ayant réussi le PCEM1.
Bonne lecture.

Loïse, Dus et moi vous proposont ce petit article sur les paramédicaux qui se lancent dans les études de médecine. Ce sujet nous tient à cœur puisque Loïse est infirmière depuis 1998, actuellement en PCEM2 (future DCEM1) à Marseille, Dus (infirmier et PCEM2 à Lyon) et moi, Micabulle, infirmier depuis 1996 et PCEM2 (2005-2006) à Marseille.

1. Qui peut s’inscrire au PCEM1 en tant que paramédical ?

C’est l’arrêté du 25 mars 1993 qui donne la liste des paramédicaux concernés. Le voici dans sa totalité, mais vous pouvez le trouver sur le site de legifrance.

J.O n° 74 du 28 mars 1993

TEXTES GENERAUX MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE

Arrêté du 25 mars 1993 relatif au nombre d’étudiants admis à la fin de la première année du premier cycle à poursuivre des études médicales

NOR : MENZ9304937A

Le ministre d’État, ministre de l’éducation nationale et de la culture, et le ministre de la santé et de l’action humanitaire,
Vu le livre IV du code de la santé publique, et notamment les articles L.
488 et L. 494 ;
Vu la loi no 84-52 du 26 janvier 1984 modifiée relative à l’enseignement supérieur, notamment son article 14 :
Vu le décret du 11 août 1956 portant création du certificat de capacité d’aide-orthoptiste ;
Vu le décret du 29 mars 1963 modifié, relatif aux études préparatoires et aux épreuves du diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute ;
Vu le décret no 66-839 du 10 novembre 1966 portant création dans les facultés de médecine et les facultés mixtes de médecine et de pharmacie d’un certificat de capacité d’orthophoniste ;
Vu le décret no 67-540 du 26 juin 1967 modifié portant création du diplôme d’État de manipulateur d’électroradiologie ;
Vu le décret no 70-1042 du 6 novembre 1970 portant création du diplôme d’État d’ergothérapeute ;
Vu le décret no 74-112 du 15 février 1974 modifié portant création du diplôme d’État de psychorééducateur ;
Vu le décret no 81-306 du 2 avril 1981 modifié relatif aux études conduisant au diplôme d’État d’infirmier et d’infirmière ;
Vu le décret no 85-1046 du 27 septembre 1985 relatif à l’organisation des études de sages-femmes et à l’agrément et au fonctionnement des écoles de sages-femmes ;
Vu le décret no 91-1008 du 2 octobre 1991 relatif aux études préparatoires et aux épreuves du diplôme d’État de pédicure-podologue ;
Vu le décret no 92-176 du 25 février 1992 portant création et règlement général du diplôme de technicien supérieur en imagerie médicale et radiologie thérapeutique ;
Vu l’arrêté du 18 mars 1992 relatif à l’organisation du premier cycle et de la première année du deuxième cycle des études médicales ;
Le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche entendu,

Arrêtent :

Art. 1er. - Le nombre d’étudiants admis à la fin de la première année du premier cycle à poursuivre des études médicales, fixé en application de l’alinéa 4 de l’article 14 de la loi du 26 janvier 1984, se décompose comme suit :

a) Un nombre réparti entre les différentes unités de formation et de recherche médicale pour les étudiants ne remplissant pas les conditions fixées à l’article 2 du présent arrêté ;
b) Un nombre complémentaire, fixé à 3 p. 100 au maximum du premier, pour les étudiants remplissant les conditions fixées à l’article 3 du présent arrêté, réparti entre certaines unités de formation et de recherche médicale désignées par arrêté conjoint des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé.

Art. 2. - Pour bénéficier des places complémentaires définies au deuxième alinéa de l’article 1 du présent arrêté, les étudiants doivent figurer en rang utile sur les listes de classement établies à cet effet à l’issue des épreuves d’admission en deuxième année organisées par les unités de formation et de recherche médicale désignées comme centre d’épreuves pour un nombre déterminé de ces places par arrêté conjoint des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé.

Art. 3. - Les conditions pour pouvoir bénéficier des places complémentaires mentionnées au b de l’article 1 du présent arrêté sont les suivantes :
1. Être titulaire de l’un des diplômes ci-après :
-  diplôme d’État de sage-femme ;
-  diplôme d’État d’infirmier ;
-  diplôme d’État d’ergothérapeute ;
-  diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute ;
-  diplôme d’État de psychomotricien ;
-  diplôme d’État de pédicure-podologue ;
-  diplôme d’État de manipulateur d’électroradiologie médicale ;
-  diplôme de technicien supérieur en imagerie médicale et radiologie thérapeutique ;
-  certificat de capacité d’orthophoniste ;
-  certificat de capacité d’orthoptiste.

2. Justifier d’un exercice professionnel d’une durée de deux ans minimum après l’obtention du diplôme mentionné au 1o du présent article ;

3. Avoir été régulièrement inscrit l’année universitaire où sont subies les épreuves en première année du premier cycle des études médicales dans le respect, notamment, des dispositions de l’article 6 de l’arrêté du 18 mars 1992 susvisé dans l’université comprenant l’unité de formation et recherche médicale choisie par le candidat comme centre d’épreuves, cette inscription pouvant être assortie d’une dispense d’assiduité à certains enseignements ;

4. Avoir obtenu la moyenne à l’ensemble des épreuves définies au 3o ci-dessus.
Les étudiants ainsi admis s’inscrivent en deuxième année des études médicales en fonction de leur choix et de leur rang de classement dans les universités comportant une unité de formation et de recherche médicale mentionnée au b de l’article 1er du présent arrêté.

Art. 4. - Le directeur des enseignements supérieurs au ministère de l’éducation nationale et de la culture et le directeur général de la santé au ministère de la santé et de l’action humanitaire sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 25 mars 1993.

Le ministre d’État,
ministre de l’éducation nationale et de la culture,
JACK LANG
Le ministre de la santé et de l’action humanitaire,
BERNARD KOUCHNER

2. Dans quelles facultés puis-je m’inscrire en tant que paramédical ?

Chaque année un décret fixe le nombre de places réparties dans 7 facultés de médecine. Le dernier en date est celui du 28 janvier 2005. Depuis le début de sa mise en place, le numerus clausus réservé aux paramédicaux n’a pas varié, il y a 30 places pour la France.

Pour les évolutions suite à cet article voir : Numerus clausus paramédical


Voici le décret dans sa totalité que vous pouvez retrouver sur le site de legifrance

J.O n° 23 du 28 janvier 2005 page 1479
texte n° 19

Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère des solidarités, de la santé et de la famille

Arrêté du 20 janvier 2005 fixant pour l’année universitaire 2004-2005 le nombre complémentaire d’étudiants admis à la fin de la première année du premier cycle à poursuivre des études médicales

NOR : SANP0520262A

Par arrêté du ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et du ministre des solidarités, de la santé et de la famille en date du 20 janvier 2005, le nombre des étudiants, mentionné à l’article 1er (b) de l’arrêté du 25 mars 1993, autorisés à poursuivre leurs études en médecine à la suite des épreuves terminales de l’année universitaire 2004-2005 est fixé à 30, répartis ainsi qu’il suit :

-  Paris - Saint-Antoine : 10
-  Lille-II : 4
-  Lyon-I : 4
-  Aix-Marseille-II : 3
-  Nancy-I : 3
-  Rennes-I : 3
-  Toulouse-III : 3


Ce NC est vraiment à part car aucune place n’est ajoutée au NC « normal » si les étudiants paramédicaux ont une note qui leur permettrait justement d’être reçus sans
ce NC réservé, ce qui le différencie du NC réservé aux étrangers.

Notons dès maintenant que la faculté de médecine Paris XIII (Bobigny) propose aux paramédicaux une particularité. En effet, dans le programme du PCEM1, il faut passer des modules d’un DEUG qui compte pour 70 points (670 au total). Si vous êtes paramédical, vous pouvez obtenir ces points sans passer le DEUG si vous justifier d’une activité en rapport avec votre profession. Pour obtenir le maximum, c’est à dire 70 points, il faut travailler 35 heures/semaine. Si vous travaillez moins, les points sont obtenus au prorata temporis des heures de travail effectuées.

3. Comment s’inscrire ?

Je ne peux vous expliquer dans le détail que les démarches à effectuer pour la faculté de Marseille. Vous trouverez les sujets souvent abordés en cliquant sur ce lien

En ce qui concerne Marseille, je vous conseille d’écrire un petit courrier à la scolarité au mois de février, en expliquant vos intentions. On vous répondra de fournir les pièces justifiant votre parcours du baccalauréat jusqu’à ce jour.

FACULTE DE MEDECINE - Service de la scolarité
27, bd Jean Moulin - 13385 MARSEILLE CEDEX 05
Ouverture au public en période d’inscription (juillet et septembre - fermé en août)
du lundi au vendredi de 9h à 12 h et de 13h30 à 16 h
Ouverture au public à partir du 1er septembre :
du lundi au jeudi de 9h à12h et de 13h30 à 16h - fermé le mercredi après-midi
le vendredi de 10h à 12h et de 13h30 à 16h
Tél. : 04.91.32.43.22 - Courriel : suzanne.tassistro@medecine.univ-mrs.fr

Ensuite on vous dira de vous pré-inscrire par internet à partir du mois d’avril en utilisant ce lien. Puis une date sur ce site vous sera donné pour finir l’inscription (toujours sur internet) à l’occasion de laquelle un RDV à la fac vous sera donné. En gros, les démarches sont les mêmes que pour les bacheliers de l’année. Il n’y a pas de commission, une lettre au doyen est inutile.

Concernant la particularité de chaque fac, utilisez ce lien pour trouver les différents sites des facs qui vous intéressent.

4. Les paramédicaux sur remède (2004-2005)

Il n’y a pas que Loïse Dus ou moi, certains sont en :

-  D3 comme Yoda300 (infirmier, étudiant à Toulouse)
-  D2 comme Bruce (infirmier, étudiant à Marseille)
-  D1 comme Ricoham (infirmier, étudiant à St Antoine)
-  P1 comme Nursy1 (infirmière, étudiante à Bobigny), Dus (infirmier, futur P2 à Lyon), Platon (manip Rx, étudiant à Paris VI )

Il y a aussi les futurs P1 :

-  à Lille : ISABELLE (manip Rx)
-  à Montpellier : Boop (infirmière)
-  à Lyon : cameleon (manip Rx)
-  à Strasbourg : buffy (infirmière)
-  à St Antoine : Cafe (infirmier), themacles (étudiant infirmier)
-  à Grenoble : patchanka (étudiant infirmier) kaaron (étudiant infirmier)
-  à Nancy : niptuck (manip Rx)
-  à Bobigny : Futur-PCEM1, -Dragon-, nickos (étudiants infirmiers), frioull (infirmier)
-  à Paris : berru95 (infirmier)
-  à Dijon : Nonodof (infirmier)
-  à Nantes : celine1981 (manip Rx)

Cette liste est loin d’être exhaustive.

5. Combien de paramédicaux s’inscrivent au PCEM1 ?

Bonne question ;-). Je me la suis posée pendant longtemps sans trouver de réponse. Et puis au fil du temps je me suis aperçu que la meilleure des motivations c’était de ne pas le savoir.
Aujourd’hui j’ai la réponse.

Vous qui me lisez, si vous ne voulez pas savoir combien de paramédicaux se présentent au concours du PCEM1, il est encore temps de zapper.

Je remercie le Ministère de l’Éducation Nationale qui a bien voulu me fournir les chiffres des 7 facultés de médecine ayant un numerus clausus réservé aux paramédicaux.

Je remercie également Monsieur ZERROUKI Mourad du bureau des statistiques de Paris XIII (Bobigny).

Voici donc sous forme d’un tableau le nombre de paramédicaux inscrits au PCEM1.

ville 99-00 00-01 01-02 02-03 03-04 04-05
Marseille 4 4 8 8 6 9
Lille 4 1 0 0 0 2
Lyon 5 7 8 7 6 8
Nancy 1 1 1 5 4 7
Paris VI 23 26 29 42 31 21
Rennes 5 5 3 2 4 3
Toulouse 2 2 2 7 2 2
Bobigny 14 8

Étant très mauvais en statistique, je vous laisse faire les comptes qui vous semblent pertinents.

6. Les passerelles entre les paramédicaux et les études de médecine.

Il n’y en a pas. Hormis le NC réservé par certaines facs aux paramédicaux pour le PCEM1, ensuite le parcours est le même que pour n’importe quel étudiant en médecine.

7. Qui peut prétendre au NC des paramédicaux ?

Question stupide, mais outre le fait d’être paramédical (condition indispensable) et de justifier de deux ans d’exercice, on peut prétendre à ce NC même si on a déjà fait deux PCEM1. Par contre une seule chance vous est accordée dans ce cas. Les sages-femmes (études médicales) peuvent elles aussi prétendre au NC paramed.

8. Quelle note faut-il avoir pour passer en P2 ?

L’arrêt précise bien qu’il faut avoir au moins 10/20. Mais (à vérifier), il est arrivé (à St Antoine) qu’un étudiant ayant eu moins de 10 soit passé en PCEM2 car les 10 places n’avaient pas toutes étaient prises. Tout dépend du doyen.
Cependant, dire qu’il suffit d’avoir 10/20 est parfois faut. A voir le tableau ci-dessus, il semble que ça dépend beaucoup à la fois de la fac et des années.
Pour Marseille, je sais qu’en 2004 il fallait avoir au moins 12/20 pour espérer passer.

En 2005 à Lyon il y avait 6 candidats pour 4 places et seules 3 places ont été prises car le 4ème a eu moins de 10/20. Les deux 1ers pris, une infirmière et un infirmier ayant déjà fait 2 P1, ont eu plus de 15,5/20 leur permettant virtuellement d’être classés respectivement 13ème et 18ème (Source « Dus »).

En 2005 à Marseille, il y avait 9 candidats pour 3 places. Deux kinés et un infirmier, leurs moyennes tournent entre 13,76 et 14,4/20. Sur les 9 candidats, 7 ont eu la moyenne (de 11,77 à 14,4) et les cinq 1ers ont plus de 13/20.

9. Puis-je passer en P2 si je suis reçu/collé au NC des paramédicaux alors que ma note me permettrai d’être reçu au NC « normal » ?

Difficile d’être catégorique. Si vous aviez déjà fait deux PCEM1, vous ne pouvez pas prétendre au NC « classique », c’est logique. Par contre si vous n’aviez jamais fait de PCEM1 ou bien que vous n’aviez fait qu’un seul PCEM1, on peut se demander si le doyen ne pourrait pas prendre en considération votre note. Je n’ai pas la réponse, et je ne pense pas qu’il y ait une réponse unique car comme le cas de l’étudiant ayant eu moins de 10/20, je pense que la décision est très « doyen dépendant ».

10. Je passe en PCEM2, dois-je effectuer le stage d’initiation en soins infirmiers ?

Non, vous aurez tout le mois de juillet et tout le mois d’août pour vous reposer, c’est le seul avantage d’être paramédical ;-)
Si vous êtes à Lyon, il faut faire une demande de dispense adressée au doyen, si vous êtes à Marseille, c’est systématique, pas besoin de courrier.

Voili, je n’ai fait que reprendre les questions qui reviennent souvent sur Remede, s’il y a d’autres questions auxquelles nous n’avons pas répondu, posez-les et on y répondra.

La suite est un peu moins "chiante" car Dus vous propose sa propre expérience par le biais de l’interview, ensuite Loïse vous donne ses sentiments sur ce cap difficile qu’est le P1.

livreslivrescontactspublicationstwitter