logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Passerelle : « Pharmacien, je prépare maintenant l’internat de médecine ».

0 partage mail facebook twitter linkedin
Vous êtes très nombreux sur les forums à vous interroger sur les passerelles. Notre confrère Idris Amrouche a suivi un parcours atypique qu’il partage pour remede.org. Envoyez-nous vos témoignages pour aider les rémédiens à oser prendre cette voie de la passerelle, soit pour shunter la Paces soit pour exercer leur droit au remords.

Pourquoi avoir décidé de poursuivre des études de médecine ?

Après avoir passé mon doctorat de pharmacie, j’ai fait un bref passage dans l’industrie pharmaceutique à Shanghai. J’y ai découvert vraiment ce que l’on attendait d’un pharmacien dans l’industrie. C’était assez différent des stages que j’avais pu réaliser. J’avais toujours voulu travailler à l’étranger pour une grande entreprise de médicament, mais après avoir enfin commencé, j’ai réalisé que je voulais utiliser mes connaissances autrement. Après de longs mois de réflexion, j’ai décidé d’entamer des études de médecine. Je ne regrette absolument pas ce choix mais ce changement de cap a été une décision difficile à prendre.

Quelles ont été les étapes pour ta passerelle ?

Pendant ma période de réflexion, j’ai décidé d’aller en parler avec le doyen de ma faculté, qui a eu une oreille attentive, qui ne m’a pas découragé, au contraire, m’a même encouragé. Ensuite, le plus important est l’écriture d’une lettre de motivation, c’est un peu le passeport pour l’oral. On y met ses principales motivations, me concernant, il s’agissait naturellement de mettre en avant ma volonté d’utiliser mes connaissances du médicament au service de la médecine, après avoir tourné le dos au monde industriel. Une prise de conscience un peu tardive, même si les médecins ne sont pas si éloignés du monde pharmaceutique, loin de là.
Lors de l’oral, on dit qu’une bonne partie des doyens présents ont déjà fait leur choix. Le jury est bienveillant, il souhaite principalement savoir si nous sommes conscients de ce qui nous attend. Beaucoup arrêtent en cours de route.

Quels pourraient être les freins pour entamer des études de médecine ?

La première chose à laquelle on pense, c’est bien sur l’âge. Pour plusieurs raisons. Ce n’est pas évident de commencer des études quand bien d’autres les terminent. Un décalage s’installe avec nos amis, mais aussi avec nos futurs collègues d’amphi. Les anciens camarades commencent leur vie quand on est encore en train de réviser pour l’ECN. Mais finalement, on voit que bon nombre de nos anciens amis ne rentrent pas toujours tout de suite dans le monde du travail, sans oublier que des liens d’amitié se lient facilement, quel que soit l’âge.
L’argent peut être un frein pour une reprise d’étude, pour ma part j’ai puisé dans mes économies, et j’ai aussi la chance de pouvoir travailler en parallèle de mes études de médecine.

Quel a été le regard des autres sur ta décision ?

La famille a eu du mal à comprendre, on termine juste l’obtention d’un diplôme dans lequel on est épanouis, et subitement on change de parcours. En réalité, personne n’a perçu ma réflexion intérieure pendant plusieurs mois. C’était une décision mûrement réfléchie. Même si quelques uns n’ont pas compris, beaucoup ont soutenu ma volonté. On réalise sans doute avec l’âge que l’important est de faire ce qui nous plait. Si j’avais été simplement motivé par l’argent, je serai resté dans l’industrie pharmaceutique.

Comment se déroulent tes études ? En es-tu satisfait ?

Je ne regrette pas à un seul instant ce choix. Je suis heureux dans ces études. C’est même un avantage d’arriver en médecine avec plus de maturité. On perçoit l’hôpital, les professeurs, et l’enseignement autrement. Certes, les années passent et il m’arrive de me demander pourquoi je suis encore devant mes bouquins, mais c’est un sentiment très passager. C’est un très beau métier pour qui sait l’apprécier. Je suis et je reste un pharmacien, les études de médecine sont donc en partie similaires à celles de pharmacie, je n’ai donc pas eu trop de mal à prendre le cursus en cours de route.

0 partage mail facebook twitter linkedin
  • Anne Marie DE RUBIANA
  • Rédactrice en chef de Remede.org
  • amderubiana@remede.org
Tags :
  • ecn_medecine
  • internat_medecine
  • paces_medecine
  • Pharmacologie
  • Top - ne pas manquer
  • passerelle
  • professionnels_pharmacie
livreslivrescontactspublicationstwitter