logo remede
remede.org : Communauté Médicale & Paramédicale Indépendante
127 connectés sur le site | 17ème année | S'inscrire | S'identifier

Les P1 de Nutella

Quelle fac, quelle année ?

Strasbourg, 2005

Numerus clausus ?

médecine : 208
dentaire : 57
sage-femme : 30
kiné : 60

Bizuth ou carré ?

carrée, 108ème

Votre bac ? Votre mention ?

Bac S, SVT mention bien

Votre niveau au lycée ?

Très bonne élève, en tête de classe, sans beaucoup bosser.

Etiez-vous en avance en classe ? A quel âge êtes-vous rentré en P1 ?

J’avais de l’avance jusqu’au lycée. Après mon bac je suis entrée en école d’ingénieurs donc je suis entrée en médecine à l’âge normal.

Logement personnel ou familial ?

J’ai occupé un studio, seule.
Je suis assez indépendante et vu que j’avais quitté le domicile familial après mon bac pour aller à Lyon, je me suis installée seule à l’entrée en P1.

Pas de problème de gestion de la nourriture ni de ménage.

Durée du trajet domicile-fac ?

15 minutes

Avez-vous une méthode de travail bien précise ?

Hélas, non, je n’ai pas de recette magique :)
Je m’efforçais toujours, avant d’aller en amphi, de connaître le cours précédent (pas sur le bout des doigts, mais au moins l’avoir bien relu).

Selon les matières, les méthodes de travail ne sont pas les mêmes, on ne peut pas comparer l’apprentissage de l’anatomie et celui de la science humaine.

Combien de temps travailliez-vous par jour ?

C’était très variable. En général, pas beaucoup en plus des heures de cours, car en rentrant, je n’arrive pas à me mettre illico au bureau.

Je ne me suis jamais fixée un temps précis de travail, mais plutôt des objectifs réalisables, par exemple, terminer de lire tel ou tel cours de biologie cellulaire avant de dormir.

Quand on se fixe un objectif trop hardu, on est quasi sur de ne pas pouvoir y parvenir...donc on se démotive.
Tandis que si l’on se fixe un objectif raisonnable (même si comparé à ce qu’on entend des autres, il parait ridicule), on est serein.

Aviez-vous commencé à travailler avant la rentrée pour prendre de l’avance ?

Oui, enfin pas vraiment travaillé, mais j’ai lu entièrement les polys de science humaine et j’ai appris toute l’ostéologie du corps humain.

Arriviez-vous à vous situer par rapport aux autres pendant l’année ?

Non, absolument pas. En médecine, chacun a sa technique.
Vous verrez qu’il y en a qui disent qu’ils travaillent 12h par jour, qui passent leur temps plongés dans leurs polys à la bibli jusqu’à la fermeture...
Il y en a d’autres qui disent qu’ils ne font rien, et qui finalement sont dans le peloton de tête de la promo...

Moi, j’avais toujours l’impression de rien savoir par rapport aux autres. Mais je connaissais aussi mes grandes capacités de travail à l’approche des partiels (ça décuple mes capacités de mémorisation), et je savais que j’en saurais autant qu’eux pour le jour J, ce qui est l’essentiel.

Aviez-vous une idole, un modèle pour réussir cette année ?

non, seulement la volonté de donner un sens à ma vie.

Connaissiez-vous Remede avant d’entrer en P1 ?

Oh que oui ! Je connais Remède depuis mon année à l’insa.
Remède m’a énormément apporté : un grand soutien moral et bien sur la possibilité de l’entraide.

Avez-vous quand même l’impression d’avoir eu de la chance aux examens ?

Oui, c’est certain. Surtout en sciences humaines.
Je maitrisais tous les sujets mais certains mieux que d’autres, et ce sont ces derniers qui sont tombés.

Avez-vous pris des cours annexes pendant votre P1 ?

Non, et je ne sais pas si ça m’aurait vraiment apporté...
Je suis heureuse d’avoir réussi sans prépa ni cours, c’est un peu une sorte de défi que je m’étais lancée à moi même.
Ca me prouve que je peux croire en moi, que je peux y arriver seule.

Avez-vous travaillé seule ?

Oui seule, à mon grand regret.
J’avais l’habitude depuis le lycée et même à l’insa de travailler en groupe, mais là je n’ai pas trouvé de personnes sensiblement du même niveau que moi...

De quel milieu êtes-vous issu ?

De la classe moyenne, une vie confortable sans excès.
Mes parents sont enseignants, je suis la première de la famille à me lancer dans le médical (et même dans le scientifique en général).

Vos conseils aux futurs p1 ?

* dormez bien et suffisamment
* mangez à votre faim
* ne vous fiez jamais aux rumeurs, 99,9% du temps elles sont fausses
* n’écoutez pas les autres qui disent qu’ils ne bossent pas ou qui disent qu’ils bossent 27h par jour
* n’ayez pas peur de vous asseoir devant, pensez à vous avant de penser à ce que pensent les autres
* ne perdez pas de temps à déprimer en attendant les résultats du premier semestre (qui viennent très tard), continuez dans l’optique du 2nd !

L’ambiance dans votre amphi ?

ahhhhh :) toute une histoire :)
malgré ma place dans les rangs des polards (moi c’est plutot binoclard) je participais activement à toutes les sortes de réflexes et de jeux puérils qui rendent la vie plus supportable :)
une bonne ambiance, c’est dommage que l’on nous ait séparés des bizuts, certains réflexes et traditions hélas se perdent...

Vacances ?

Ah oui les vacances ! :)
A Noël, je me suis octroyée presque une semaine entière de glandage. (pour chaque P1). Je ne concois pas de travailler le jour de Noël, ni au Nouvel an.
Par contre, pendant les révisions (15 jours après Noël), j’ai vraiment énormément travaillé. Je suis plutot diesel, je m’y mets tard mais quand c’est parti, ça fonce !! :)

En Avril, en bizu comme en carré les vacances n’ont pas été particulièrement productives. J’ai sauvé les meubles.
Pareil, j’ai énormément travaillé pendant la semaine de révisions.

Sorties ?

P1 bizu : je n’en pouvais souvent plus d’être enfermée dans mon studio, alors j’allais faire régulièrement un tour en ville dans les magasins de déco
Et sinon, j’allais régulièrement des week ends entiers chez mon ex copain à Valence.

P1² : chez moi > fac > RU > chez moi :)

et les Parents dans tout ça ?

Un grand soutien moral.
Je ne les appelais pas beaucoup mais je savais qu’ils étaient là pour me soutenir en cas de déprime.
N’étant pas du tout dans le milieu, ils avaient parfois du mal à comprendre ce qui m’arrivait et la difficulté d’y arriver.

Ils ont cru en moi et m’ont vraiment motivée en me disant souvent (les 2 années) "tu vas y arriver tu verras", "ça va marcher", "ne t’inquiète pas" etc :)

Ma soeur (lycéenne) m’a beaucoup aidée à réviser pendant mon année de bizu, et ma maman pendant mon année de carrée.
Ca rassure de se faire interroger, ça met le doigt sur les points plus fragiles qu’il faudra revoir. Et ça permet de mettre en évidence ses points forts aussi. Ca booste le moral.

Vous serviez-vous d’ouvrages particuliers ?

La liste de mes ouvrages conseillés sera bientôt disponible sur mon site pour les P1. (il y en a beaucoup).

Vos matières préférées ?

loin devant toutes les autres, l’anatomie.
puis la science humaine.

Celles que vous détestiez ?

Bizu, la biologie cellulaire était pour moi une forme incarnée du démon. Ma Bête Noire à moi, comme je l’appelais.
J’exécrais cette matière.
Mais en carrée, j’ai appris à meux comprendre son intérêt médical et j’ai même commencé à l’aimer !

Avez-vous travaillé avec les annales ?

Très peu, comparé à la plupart des gens.
C’est utile pour situer les attentes des professeurs.

Quelle(s) sont(est) les(la) matière(s) qui vous ont(a) posé problème ?

Euh...et bien il se trouve que je réussis dans les matières que j’aime et j’ai plus de mal dans celles que j’apprécie moins :)
J’ai donc foiré la bio cell en beauté en bizu.
Mes notes étaient particulièrement hétérogènes, entre 5 et 16.

Etiez-vous motivée ?

Oui j’étais motivée, et je le suis toujours, par le métier auquel conduisent ces études.
Je ne suis pas une bête à concours, donc la P1 ce n’était pas trop trop mon truc mais bon je m’efforçais de voir plus loin.

Au point de vue sommeil ?

Je suis légèrement narcoleptique, je m’endormais très souvent en cours (c’était un peu problématique :D).
Je ne pouvais vraiment pas lutter c’est plus fort que moi, quand ça me prend ça me prend.

C’était un truc qui me faisait vraiment douter de la possibilité de réussir ma P1. Finalement, malgré toutes les heures de sommeil en amphi, j’y suis arrivée !! :)

Je n’ai jamais négligé le sommeil durant l’année scolaire.
Le soir, quand j’étais fatiguée je me couchais, je n’essayais pas de lutter. Je savais que si je luttais, j’aurais encore plus de risque de dormir le lendemain en cours !! ;)

Par contre, pendant les révisions c’est là que j’ai le gros coup d’adrénaline qui me booste un max, je réduisais beaucoup mon sommeil (surtout en bizu).

Il faut pouvoir tenir le coup, je suis de ceux qui en font beaucoup beaucoup vers la fin car j’ai de grandes capacités de mémoire à court terme, mais je conseille, si vous le pouvez, d’éviter cela.

Gros stressé ou plutôt relax ?

Plutôt relax en général. J’ai eu mes gros coups de stress et mes moments de déprime, comme tout le monde, mais globalement et surtout en carré, j’étais sereine.

Pratiquiez-vous une activité sportive en P1 ?

J’ai essayé en P1 bizu de continuer la danse, mais les horaires du siuaps (sport universitaire) ne collaient pas avec mon emploi du temps. Sinon, j’allais en vélo en cours tous les matins, ça galbe drolement bien les cuisses et c’est bon pour le moral !

En carré, pareil je voulais refaire du sport mais les horaires ne collaient pas.

Quels étaient vos loisirs ?

J’ai tout arrêté en entrant en P1, la musique, le sport, les associations dont je faisais partie...

Au mois de mars de cette année, j’ai décidé de reprendre le chant, ça m’a complètement bouleversée dans le bon sens !
ça me libérait énormément du stress accumulé.
Après, je me remettais à travailler avec la pêche et une motivation du tonnerre ! :)

Votre sentiment sur les P1 ?

En bizu, j’aurais été tentée de dire que la P1, c’est la jungle. Mais avec le recul, c’est une jungle qui sert beaucoup, c’est une véritable école de la vie. J’en parle sur nombre de mes posts sur les forums.

La P1 forge un caractère, une résistance morale et à l’effort, qui s’avèrera fort utile dans de nombreux domaines de la vie.

Les P1, c’est comme partout, il y en a des plus ou moins ouverts, plus ou moins sympas, plus ou moins stressés, plus ou moins menteurs...
J’ai à la fois rencontré les pires prétentieux de toute mon existence, et les gens les plus ouverts et attentifs au besoin de l’Autre.

Certains se la racontent beaucoup et feront des médecins pitoyables s’ils ne changent pas !

J’ai pris cette question rigolote de l’interview de Kiriannette, notre majore.
Je pense que cette phrase correspond à ceux que j’appelle les prétentieux, cf ci dessus.

Mais j’ai bon espoir que le temps des études, les stages, la confrontation à l’Autre souffrant, à la mort, finiront par donner à ceux qui tiennent à l’heure actuelle des propos choquants une autre vision de la vie et de la médecine.

Passer bizuth selon vous c’est... ?

pas mon cas mais c’est largement possible !!
Mais...être carré, ce n’est pas la fin du monde, et ça donne une sacrée assurance, croyez moi ! :)

Courage à tous, les futurs P1, les néo carrés, les vieux qu’ont pas fini avec le marathon des études...
Bonne chance aussi, et comme je dis toujours...
mieux vaut tard que jamais ! :)
(si on a pas bossé, rien ne sert de s’apitoyer sur son sort et de stresser, on perd encore plus de temps ;)
idem cette citation marche aussi si on a pas sa P1 du premier coup ;) )

livreslivrescontactspublicationstwitter