logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Les étudiants sages-femmes enfin revalorisés

A compter de ce lundi 10 octobre, les étudiants sages-femmes bénéficient du statut d’ "étudiant hospitalier" au même titre que les futurs médecins, dentistes et pharmaciens. Le décret paru hier au Journal Officiel leur confère les mêmes droits sociaux et les mêmes niveaux de rémunération.

Revue de détail de ce nouveau statut.

Depuis des années, les étudiants en maïeutique attendaient cette reconnaissance. C’est enfin chose faite !

Les étudiants hospitaliers en maïeutique, en formation approfondie pendant les deux années du second cycle, participent à l’activité hospitalière et extrahospitalière. Ils sont désormais reconnus comme "agent public".

Ils sont présents en formation pratique au moins à mi-temps en moyenne sur la durée du second cycle.
A ce titre, ils percevront une rémunération identique à celle des étudiants en médecine, odontologie et pharmacie.

Par ailleurs, ils bénéficieront d’une indemnité de transport de 130 euros bruts par mois s’ils effectuent des stages à plus de 15 kilomètres de leur lieu de formation.


Le décret précise en suite les nouveaux droits des étudiants :

  • Un congé annuel de trente jours ouvrables pendant lequel ils perçoivent leur rémunération.
  • En cas de maladie ou d’infirmité dûment constatée les mettant dans l’impossibilité d’exercer leurs fonctions, ils bénéficieront au maximum à un mois de congé pendant lequel ils perçoivent la totalité de leur rémunération et à un mois pendant lequel ils perçoivent la moitié de cette rémunération.Dans tous les cas, ils conservent leurs droits à la totalité des suppléments pour charges de famille.
  • Un congé de maternité, d’adoption ou de paternité d’une durée égale à celle prévue par la législation de la sécurité sociale, pendant lequel l’intégralité de leur rémunération.
  • Les prestations en espèces dues aux intéressés au titre de la sécurité sociale viennent en déduction de la rémunération ou de la demi-rémunération servie durant le congé de maladie, de maternité, d’adoption ou de paternité.
  • En outre, les intéressés peuvent, sur leur demande et après accord de la structure de formation en maïeutique et du directeur de l’établissement support de la structure de formation, bénéficier d’un congé supplémentaire de trente jours ouvrables non rémunéré.
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux : twitter facebook
livreslivrescontactspublicationstwitter