logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Le 11 septembre a bien marqué les esprits... la pr...

Auteur : Esig

Le 11 septembre a bien marqué les esprits... la preuve la plus flagrante de ce traumatisme collectif était un patient d’un service de médecine interne.
M. X., rentré pour une affection organique plutôt banale, nous avait fait une belle décompensation psychiatrique de cause inconnue... Tout ce qui portait une blouse blanche était devenu un émissaire barbu de Ben Laden, qui n’avait qu’une mission, mais de la plus haute importance : le tuer.

Hormis le fait que toute la gente féminine était extrêmement vexée d’être décrite comme "barbue", ce patient avait une fâcheuse tendance à passer de la catatonie aux hurlements sanguinaires, ce qui n’améliorait guère les relations avec les infirmières (comme quoi, il se trompait sur la nature des émissaires, mais peut-être pas sur leurs intentions...). Les infirmières épuisées appelaient fréquemment les internes de garde la nuit pour doubler les doses de calmants et autres drogues qu’on lui faisait avaler (la voie orale étant le fruit d’intenses négociations entre le patient, son externe et moi).

Or, voici qu’un matin, le chef du service, qui ne se rendait pas compte du tourment quotidien que faisait subir un tel patient aux infirmières, ordonne d’arrêter de donner toutes ces drogues.
Le voilà de retour, quelques jours après, lors de la visite, au chevet de celui-ci (qui s’était d’ailleurs époumoné toute la matinée).
"Alors ça va monsieur ? " (blablabla). Le voilà qui tend la main vers le patient pour lui dire au revoir, comme il a l’habitude de le faire. Aïe aïe aïe...
Pour une fois que monsieur X avait un émissaire de Ben Laden à portée de main... il croqua un doigt !

Inutile de préciser qu’ensuite, l’interne a pu prescrire ses drogues avec la bénédiction du patron...

Tous les chemins mènent à Rome...

livreslivrescontactspublicationstwitter