logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

La première femme aux commandes du service de santé des armées

partage mail facebook twitter linkedin
Le médecin général inspecteur Maryline Gygax Généro vient de remplacer le médecin général des armées (MGA) Jean-Marc Debonne. Pour la première fois une femme est nommée à ce poste sensible. Un nouveau challenge pour la major de sa promotion à l’école du service de santé des armées de Lyon. Retour sur un parcours sans faute.

J’ai le sentiment d’avoir eu au sein du SSA un parcours fluide, et d’avoir toujours bénéficié de la reconnaissance des compétences acquises » reconnaissait Maryline Gygax Généro en 2009 dans le rapport « Plan égalité des chances » du ministère de la Défense. Sa nomination saluée par Florence Parly, la ministre des Armées « vient consacrer un parcours brillant et exemplaire et illustre la place croissante et méritée des femmes aux plus hauts postes de l’administration de la défense ».

L’exemplarité même de la reconnaissance d’un parcours par le SSA qui peine actuellement à mobiliser ses effectifs. Le médecin général aura la mission de mettre en œuvre le plan élaboré par son prédécesseur le MGA Debonne afin de préserver la qualité et l’offre de soins du SSA et de lui permettre d’assurer sa mission malgré la tension liée aux opérations extérieures (OPEX) et au contexte des attentats. Elle est mariée et mère de trois enfants.

Bio Express

  • Entrée à l’ ESA en 1976, major de sa promotion, elle est reçue docteur en médecine en 1983.
  • Formation spécialisée à l’école d’application du service de santé pour l’armée de l’air à Paris, major et brevetée de médecine aéronautique, elle est affectée à l’hôpital d’instruction des armées « Desgenettes » à Lyon en 1984.
  • Internat à Lyon
  • Centre principal d’expertise médicale du personnel navigant sur la base aérienne 117.
  • Hôpital d’instruction des armées « Dominique Larrey » à Versailles.
  • Nommée spécialiste des hôpitaux des armées dans la discipline pneumologie, elle est affectée à l’hôpital d’instruction des armées « Legouest » à Metz comme chef du service de pneumologie en 1994.
  • 2001 agrégée dans la discipline de médecine aéronautique et spatiale, de la chaire de médecine et hygiène.
  • Centre principal d’expertise médicale du personnel navigant en qualité d’adjoint au chef du service de médecine-cardiologie puis devient chef de service.
  • Consultant national pour la médecine aéronautique dans les armées puis secrétaire générale du conseil de la fonction militaire du service de santé des armées.
  • Directeur du centre principal d’expertise médicale du personnel navigant.
  • Médecin chef adjoint de l’hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce à Paris.
  • Médecin chef adjoint de l’hôpital d’instruction des armées « Bégin » à Saint-Mandé puis médecin-chef de l’établissement avec rang et prérogatives de général de brigade avec appellation de médecin général.
  • Directrice centrale du service de santé des armées et élevée aux rang et appellation de médecin général des armées à compter du 11 septembre 2017.

Focus : Devenir médecins des armées

Les 1800 médecins des armées pratiquent tous les actes de diagnostic, de prévention et de traitement. Ils peuvent être généralistes, hospitaliers ou chercheurs.
Ils peuvent être recrutés au niveau du bac. Ils s’inscrivent alors à l’ESA (Ecole de santé des armées) et auprès de la fac de Lyon. Ils passent la PACES comme les candidats du civil. En cas d’échec, ils peuvent être admis à redoubler ou risquent l’exclusion de l’école.

Pour l’internat, ils passent les ECN et seront classés entre éléves militaires : 30 % de spécialistes hospitaliers et 70 % de médecins généralistes (contre 50-50 dans le civil). Ils rejoignent ensuite un hôpital d’instruction des armées pour effectuer leur troisième cycle correspondant à la formation spécialisée.

Après l’internat, les spécialistes feront carrière dans les hôpitaux d’instruction des armées. Les généralistes serviront dans les centres médicaux des armées.

Le SSA recrute ponctuellement des médecins déjà en exercice comme officiers sous contrat et réservistes.

Pour en savoir plus consultez nos forums

partage mail facebook twitter linkedin
  • Anne Marie DE RUBIANA
  • Rédactrice en chef de Remede.org
  • amderubiana@remede.org
Tags :
  • Top - ne pas manquer
  • ESA
  • professionnels_medecine
  • Ecole de santé des armées
  • medecin militaire
livreslivrescontactspublicationstwitter