logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

La passerelle, le grand saut d’obstacle

Shunter la Paces, changer de filière, intégrer médecine, dentaire en deuxième ou troisième année, il existe plusieurs alternatives pour s’orienter ou se réorienter dans un cursus d’études médicales. Ces fameuses passerelles suscitent bon nombre d’interrogations et de témoignages sur les forums de Remede.org. Voici quelques conseils avant de vous lancer dans cette aventure périlleuse mais prometteuse.

Il existe aujourd’hui deux possibilités de profiter de ces passerelles, les deux ayant des objectifs différents. La première est ce que l’on appelle le droit au remords. Elle s’applique aux étudiants ayant fait la PACES, et peut, sous réserve de dossier accepté et de notes convenables, demander de changer de filière en 2e ou 3e année.

La deuxième passerelle correspond aux «  équivalences  », elle s’adresse à des personnes diplômées. L’objectif étant de diversifier les profils de médecins et accessoirement de combler les places laissées vacantes par les étudiants souhaitant mettre un terme prématuré à leurs études médicales. Les profils de cette passerelle sont donc différents. Les postulants peuvent être des pharmaciens, des dentistes, des normaliens, des juristes ou encore des psychologues.

Naturellement, le parcours de l’étudiant profitant de la deuxième passerelle est différent et plus atypique que le premier, et demande une plus grande réflexion de la part du postulant. Notamment en ce qui concerne les avantages et les inconvénients.

Le cauchemar de la lettre de motivation
Pour ce qui est des deux passerelles, la lettre de motivation, qui sera analysée avec le dossier (notes, redoublements, classement, etc.) est le point clé de la demande. Elle fait toute la différence, l’objectif est, puisqu’il n’est pas permis par la PACES, de choisir les futurs médecins (ou pharmacien, ou dentiste) en fonction de leur motivation et de leur projet professionnel. Certains disent que la sélection pour l’oral est pratiquement exclusivement faite sur la base de cette lettre de motivation, et que tout serait décidé avant la convocation à l’oral.

Pour les diplômés profitant de la passerelle, des questions supplémentaires se posent quant au financement de leurs études ou l’organisation de cette nouvelle vie. La différence d’âge est également à prendre en compte. Il n’est pas toujours facile de passer d’un statut ou poste à responsabilité à celui d’externe. Le choc peut être rude. Se retrouver derrière ses bouquins la plus grande partie de son temps peut aussi en rebuter bon nombre. Mais passé cela, la maturité offre un recul non négligeable sur les études, mais aussi sur l’hôpital. Cette maturité est essentielle pour mieux vivre sa reprise d’étude.

Enfin, certains cursus totalement non scientifiques ont parfois du mal à reprendre le fil des études médicales, il faut donc une grande motivation et aussi beaucoup de travail.

Des projets pilotes pour éviter la PACES
Actuellement des projets-pilotes sont en test avant la généralisation d’un modèle d’ici 6 ans. Ainsi à Paris 5, Paris 7, Paris 13 et Saint-Étienne : les étudiants qui ont validé une L2 ou une L3 adaptée et suivi des unités d’enseignement de PACES complémentaires peuvent envisager de rentrer en deuxième ou la troisième année d’une filière santé.
L’Université d’Angers supprime la PACES et la remplace par un parcours pluridisciplinaire…À Strasbourg tout élève ayant validé une deuxième année de licence en science du vivant pourra être admis en deuxième année de médecine directement après entretien. Doucement mais sûrement, on s’achemine vers une nouvelle réforme des études de médecine…

Une procédure stricte
Le dossier doit être déposé dans la faculté de votre choix au plus tard le 31 mars. On ne peut candidater que deux fois. Une seule fois pour les candidats qui ont déjà fait deux PACES. Le nombre de places offertes est fixé par arrêté chaque année. Désormais il est fixé par région et non plus par établissement.

Nombre de places :
Pour cette année universitaire, 258 places ont été offertes en médecine pour l’admission en deuxième année de de médecine. 47 en odontologie. 46 en pharmacie et 13 pour les études de sage-femme.
Pour l’année 2017-2018, on attend le prochain arrêté qui fixe le nombre de places offertes par région.

Retrouvez tous les infos et témoignages passerelles sur nos forums dédiés

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux : twitter facebook
livreslivrescontactspublicationstwitter