logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

La formation des sages-femmes

Profession médicale Généralités sur la formation Evaluations 2 phases de 2 ans Modalités d’exercice Le DE Administratif

Sage-femme :
Attendez-vous à changer d’avis sur la formation et le métier de sage-femme ! Sage-femme n’est pas un choix par dépit ou par défaut. La profession de sage-femme est bien une profession médicale (c’est écrit dans le code de Santé Publique) avec un ordre (Ordre National des Sages-Femmes) et un code de déontologie (et oui ! Comme les médecins !). La sage-femme, homme ou femme, est responsable de ses diagnostics et de ses prescriptions. “C’est une profession qui allie la tête, les mains, le coeur”.

Sage-femme c’est une formation en 5 ans (4 ans après le concours de P1) avec une alternance de stages et de cours. Les stages débutent dès le mois d’octobre de la première année d’école, vous êtes ainsi tout de suite plongé dans la vie professionnelle. Vous alternerez ensuite ces stages avec les périodes de cours par sessions de 3 semaines. L’apprentissage est donc relativement aisé puisque vous utilisez chaque jour ce que vous voyez en cours. La formation est pratique (1/3 de cours et 2/3 de stage au final) et vous vous verrez progressez rapidement. Un exemple : vous ferez vos premiers accouchements en fin de première année et vous aurez acquis les compétences pour suivre une grossesse, un accouchement et des suites de couches normaux à la fin de la deuxième année.
Le contrôle continu est la règle. Seuls deux examens majeurs sanctionnent la fin de chacune des deux phases (fin de 2ème et fin de 4ème année). En parallèle, au cours des stages, vous êtes évalués régulièrement par les sages-femmes enseignantes de l’école, ce sont les « cliniques ». De plus, chaque stage fait l’objet d’une validation par l’équipe qui vous a encadré avec des objectifs précis à valider. Un travail de recherche, « le mémoire », conclut votre formation et vous permet d’obtenir votre DE (diplôme d’état) délivré par l’UFR de médecine avec laquelle l’école est conventionnée. Tous les jurys sont de ce fait de rang universitaire. Cours et stages sont obligatoires. Cela peut sembler contraignant mais garantit la qualité de la formation.
Ces 4 années à l’école sont divisées en 2 phases : une première phase de 2 ans pour maîtriser la physiologie de l’obstétrique et de la pédiatrie du nouveau-né ; une seconde phase de 2 ans pour savoir dépister et traiter la pathologie de la femme comme celle de l’enfant. La gynécologie, l’obstétrique et la pédiatrie sont ainsi les 3 modules principaux qui composent notre DE mais la formation apporte aussi une culture générale médicale approfondie (anatomie, physiologie des grands systèmes, physiopathologie, ...) ainsi que des connaissances en sciences humaines (législation, éthique, sociologie, ...). Ce n’est pas pour rien qu’on surnomme les sages-femmes « les généralistes de la grossesse ».

Et oui, la profession de sage-femme ne se limite pas aux accouchements ! Le champ d’actions de notre profession est très large. La sage-femme est présente avant la conception, en procréation médicalement assistée quand la grossesse se fait attendre. Elle surveille et accompagne la femme (et le couple en général) pendant sa grossesse en consultations prénatales, aux cours de préparation à la naissance, en diagnostic anténatal, en hospitalisation des grossesses pathologiques. Elle participe également à la prise en charge des interruptions de grossesse. Au sein d’une maternité, les sages-femmes sont présentes dans absolument tous les services. Elles peuvent travailler à l’hôpital, en clinique ou en libéral. Sage-femme c’est aussi faire un travail de prévention et elles peuvent donc aussi être présentes en planning familial ou en centre de protection maternelle et infantile.

Le diplôme d’état qui conclut la formation médicale est reconnu à l’étranger et permet d’exercer dans tous les pays de l’UE. Les ONG sont aussi très intéressées par les sages-femmes françaises (pour ceux et celles désirant faire de l’humanitaire). Mais la formation ne s’arrête pas là. Comme toute profession de santé, vous serez obligé de suivre une formation médicale continue. Pour ceux et celles attirés par la recherche fondamentale, des masters de sciences biomédicales vous sont ouverts. Par la suite, pour compléter votre formation ou pour changer d’horizon professionnel, de nombreux diplômes universitaires sont également accessibles (DU d’échographie, de contraception, de grossesses pathologiques, de conseiller en lactation humaine, ...).

Côté administratif, chaque école est rattachée à une UFR de médecine (qui vous délivrera votre diplôme d’état à l’issue de vos études) et donc à l’université. La formation est gratuite. Vous n’aurez qu’à débourser les frais d’inscription à votre université de rattachement (environ 150 euros) et la sécurité sociale étudiante pour les 2 premières années (180 euros environ). A partir de votre 3ème année d’école, vous êtes rémunéré (1200 euros par an en 3ème année, 2860 euros par an en 4ème année) et vous serez donc rattaché au régime général de la sécurité sociale. Ce rattachement à une université inscrit de plus en plus notre formation dans un cursus universitaire et nous travaillons pour qu’un master sage-femme voie le jour prochainement.

En Ile de France, la répartition des places dans les 4 écoles de notre région (il en existe 35 en France) se font en fonction du numerus clausus définie dans chaque faculté, chacune recrutant pour une ou deux écoles.

Voilà, à 25 ans en moyenne, diplôme en poche vous êtes déjà un professionnel reconnu, apprécié et réclamé (800 000 naissances par an, le chômage ne vous concerne pas ...), utilisant au maximum ses compétences médicales et surtout humaines. Le salaire de base tourne autour de 1800 euros brut auxquels il faut rajouter les primes de nuit, dimanche et jours fériés.

Tentant, non ?

Extrait d’un document écrit par Get72 et moi-même pour tous les étudiants de notre école qui ont participé avec nous aux salons étudiants et que notre université Paris 5 a repris comme nouveau document d’information destiné aux lycéens.

livreslivrescontactspublicationstwitter