logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Kooka, ingénieur en génie électrique

Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner un peu ton parcours jusqu’à ton entrée à l’INSA ?

En 1998 (entre ma seconde et ma première) une maladie grave me fait cotoyer d’autres enfants malades et handicapés. Ma vocation date de cette époque même si les séquelles m’ont empêché de faire médecine à ce moment.

BAC en poche en 2000, je me lance dans un BTS d’électronique et des cours du soir de mathématique au CNAM (maths géné A et B). En 2002 BTS et UV de maths en poche, j’obtiens mon admission en 3eme année à l’INSA de Lyon au département de Génie Electrique.

Après deux stages de 6 mois en Australie dédiés à la recherche, je rentre en France, décroche mon diplôme et négocie un contrat pour y retourner. Un grave accident m’en empêche et m’immobilise pour un long moment.

J’apprend en faisant quelques recherches (merci REMEDE et Caro B) que la filière de 93 [1] sera ouverte à mon école d’ingénieurs pour l’année suivante. Je n’hésite pas, et me voici !

Pourquoi avoir choisi ce cursus à l’époque (et non médecine directement) ?

Comme je l’ait dit juste avant, les séquelles de ma maladie m’en ont empêché à l’époque. J’ai choisi ce cursus car l’électronique était un de mes points forts.

Quelles ont été les motivations qui t’ont amené à demander cette équivalence ?

La chance d’accomplir une vocation.

Avais-tu fait un stage à l’hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a -t’il influencé ta décision ?

Mis à part de nombreux séjours en tant que patient, non. En revanche, j’ai eu l’occasion de travailler sur des sujets médicaux ou proches lors de mes trois ans à l’INSA.

Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DCEM1 ? Galère ou simple formalité ?

Ni l’un ni l’autre. Pas une vraie galère, mais quand même quelques difficultés pour regrouper tous les textes régissants la filière [2]. Quelques sueurs froides au moment du choix de la fac, mais finalement tout s’est bien passé.

Comment les études de médecine s’intégrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école ? Ton école a-t’elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Je n’ai plus aucune obligation vis a vis de mon école qui n’est d’ailleurs pas encore informée de mon choix.
Je ne compte pas renier ma formation d’ingénieur, même si a priori mes connaissances vont peu me servir dans ce cursus. En revanche je soushaite les employer dans la recherche.

Peux tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

Mon entrée en béquilles a quelque peu surpris ;o)
Le jury était assez détendu et ne cherchait pas à déstabiliser. La salle est assez impressionnante une table immense, le jury (neuf personnes) à un bout, moi à l’autre au loin...

"Présentez-vous."
Ensuite on m’a demandé de détailler les deux projets de recherche sur lesquels j’avais travaillé à l’étranger.
Puis, si je me destinais à une spécialité particulière et à quel type de pratique (hospitalière, consultations ...).
Enfin, si je comptais poursuivre la recherche.
Ah oui, on m’a aussi demandé comment j’avais fait pour m’amôcher à ce point.
En sortant j’étais détendu et plutôt satisfait. J’avais réussi à montrer tous les points que je voulais mettre en valeur. Et les réactions m’avait parues plutôt sympathiques.

Dans quel état d’esprit t’apprêtes tu à débuter cette année de DCEM1 ?

Je suis plutôt serein, je travaille par moi-même pour ne pas arriver comme un cheveu sur la soupe et avoir quelques connaissances de base. Je m’attend à une somme de travail très importante mais elles ne m’effraient pas. J’ai la chance d’avoir été pris à Paris 5, où nous serons nombreux à arriver par cette filière. J’espère qu’on formera un groupe soudé pour se soutenir et se serrer les coudes.

Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouve pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

J’ai la ferme intention d’aboutir. Si je n’avais pas été sûr de mon choix, je ne me serais pas engagé dans cette filière au risque de perdre du temps et de presser mes parents inutilement (point de vue finances).

Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

Joker

Bon malgré tout j’apprécie Paris 5 pour leur franche ouverture à cette passerelle et pour le nombre de personnes issues de cette filière que l’on y retrouve. La D1 va être dure et je pense que ne pas être seul sera un gros atout.

Comment comptes tu rattraper le premier cycle des études médicales ? As tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

Je commence à travailler ayant comme but d’avoir les connaissances suffisantes pour suivre l’enseignement de D1. Ca fait à mon avis une somme de travail suffisante pour cette première année. Ensuite il me restera trois ans avant l’ENC pour rattrapper le reste.

Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d’études ?

Heu ... merci maman merci papa ...
Sinon, si jamais j’arrive a dégager un peu de temps pendant mes études (mais j’en doute) je pourrais continuer à faire des petits boulots de conception électronique.

Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Je suis encore jeune, tout juste 23 ans. Ca ne m’a pas posé de problème.

Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études ? Si à l’internat ton classement ne te permets pas d’avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu ?J

Je ne sais pas encore...
De toute façon, il me reste quatre ans de découverte du monde médical pour changer d’avis quant à la spécialité à laquelle je me destine.

Notes :

[1i.e. la passerelle par arrêté du 26 mars 1993

[2les textes de l’arrêté qui sont résumés ici

livreslivrescontactspublicationstwitter