logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Internat : où sont les futurs spécialistes ?

Près de 30 000 internes en médecine, pharmacie et odontologie exercent dans les établissements de santé français. Leur nombre a augmenté de 5% ces trois dernières années. Panorama des spécialités, des modes et des lieux d’exercice.

Pour les étudiants en médecine, le troisième cycle se déroule obligatoirement dans le cadre de l’internat (93% des effectifs). Ce qui n’est pas systématique pour les futurs pharmaciens et quasi exceptionnel pour les odontologistes (1%).

Au sein des hôpitaux publics et privés à but non lucratif 9 praticiens sur 10 sont des médecins. On compte autant d’internes en pharmacie ou en médecine par praticien (0,3%) avec une progression de 4,8% du nombre d’internes en 2014.

Le vivier d’internes des CHU

Plus d’un interne sur deux exerce dans le public et principalement dans les CHU. Seulement 7% des troupes se retrouvent dans le privé à but non lucratif dont un tiers dans les centres de lutte contre le cancer (CLCC).
La répartition des internes reflète celle des médecins, pharmaciens et odontologistes traditionnellement plus nombreux dans les CHU et CH de grande taille qui représentent 63% des séjours en hospitalisation complète. Elle suit donc l’activité hospitalière avec 78% des internes affectés dans ces grandes entités. « Toutefois répartition des internes entre ces deux catégories n’est pas proportionnelle à l’activité observée.
Les CH de grande taille représentent, en effet, 33 % des séjours en hospitalisation complète en 2014, mais n’accueillent que 23 % des internes. De ce fait, rapporté au nombre de séjours en hospitalisation complète, le nombre d’internes est plus de deux fois plus élevé dans les CHU » souligne le rapport 2016 de la Drees sur Les établissement de santé en France.

Médecine, chirurgie et obstétrique premiers formateurs.

La majorité des internes et des FFI (87 %) effectuent leur formation au sein de services appartenant à la discipline d’équipement « médecine, chirurgie
et obstétrique » (MCO).
Les médecins, pharmaciens et odontologistes hospitaliers salariés travaillent également en grande partie en MCO (84 % en ETP).
Le nombre d’internes et de FFI par praticien est plus important en MCO qu’en psychiatrie, moyen séjour et hospitalisation à domicile.

Seuls 10 % des internes en équivalent temps plein (ETP) exercent
en service psychiatrique ou en service de moyen séjour (soins de suite et de réadaptation) ou encore en soins de longue durée.
Plus de la moitié (57 %) des internes en services psychiatriques travaillent dans des centres hospitaliers spécialisés dans la lutte contre les maladies mentales (CHS) et 27 % en CHU. Pour un même nombre de séjours en hospitalisation complète, les services de psychiatrie des CHU comptabilisent plus de trois fois plus d’internes
que les CHS.

Zoom sur les FFI

Le nombre des faisant fonction d’internes (FFI) a augmenté de 8,6% entre 2013 et 2014.
Les faisant fonction d’internes (FFI) sont le plus souvent des médecins diplômés hors Union européenne, inscrits à l’université en vue d’acquérir une spécialisation complémentaire et qui, dans le cadre de leurs obligations de stage pratique, assurent des fonctions d’interne. En effet, l’exercice en France de ces médecins est conditionné par une autorisation. À défaut, ces médecins ne peuvent exercer
des fonctions hospitalières que s’ils sont inscrits à des formations universitaires et uniquement dans des établissements hospitaliers publics.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux : twitter facebook
livreslivrescontactspublicationstwitter