logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Humanitaire : Soigner dans la Vallée du Dadès

C’est au coeur du massif de l’Atlas, en plein centre du Maroc qu’une équipe franco-suisse composée de deux médecins, une sage-femme, un dentiste et deux infirmiers se rendra du 26 septembre au 9 octobre 2016. Cette caravane médicale (Amoddou en berbère) traversera 9 villages isolés qui rassemblent néanmoins plus de 4000 personnes. Elle dispensera des consultations, soins, formation, éducation... adaptés aux besoins locaux.

" C’est à dos de mules avec une association locale que nous transporterons notre matériel pour rejoindre nos points d’étape dans la Vallée du Dadès" s’amuse Gabriel Brändle, pédiatre et responsable logistique. En effet, si le Maroc bénéficie d’un bon système sanitaire et social, ici la topographie des lieux rend très aléatoire l’accès aux soins.


Deux infirmiers, dont Jérémie Thirion à droite, membre du comité de rédaction du site infirmiers.com avec qui nous partageons cette information, une sage-femme, un pédiatre, un médecin et un dentiste sont à l’origine du projet Amoddou qui les mènera au Maroc pour apporter des soins aux populations isolées.

"Il est complexe pour ces populations Berbères vivant dans ces vallées éloignées, de bénéficier facilement de l’offre de soin existante. Si l’on prend en compte le relief montagneux, les conditions climatiques, et la distance de plus de 50 km de l’hôpital local, l’accès aux soins est un véritable challenge pour les Berbères vivant dans la vallée. De nombreux accouchements se font encore au domicile avec tous les risques que cela entraîne, et le dispensaire de la vallée ne dispose que d’une infirmière et de très peu de moyens. Il permet cependant de réaliser un suivi régulier des pathologies chroniques et propose aussi un suivi des grossesses ainsi qu’un planning familial" explique Lara Martinez, médecin responsable du projet

"Jour après jour, nous remonterons la vallée du Dadès telle une caravane berbère, à la rencontre des villages et de leurs habitants. Nous y installerons un campement quotidiennement pour y proposer des consultations adultes et pédiatriques, ainsi qu’une zone de soins. Chaque après-midi, nous proposerons des actions éducatives dans les écoles et pour les accoucheuses traditionnelles" poursuit Naïma Plagnard, sage-femme.
A quelques jours du départ, l’enthousiasme de l’équipe est communicatif, on aimerait bien prendre la route avec eux.

Des consultations nomades

Après avoir sillonné plusieurs vallées isolées de Madagascar et mis en place des projets de soins et de formation, Jéremie Thirion, infirmier a décidé de piloter cette nouvelle action au Maroc. Il faut savoir qu’il est plutôt compliqué de proposer une offre de soins complète avec ce type d’actions itinérantes. "Nous ne serons présents qu’un seul jour par village, et nos moyens techniques seront limités, car c’est à pied et avec des mules pour charger notre matériel que nous nous déplacerons. Proposer des consultations adultes et pédiatriques est une chose, mais nous sommes évidemment conscients que notre impact auprès de ces populations sera minime. Nous savons par exemple qu’il sera impossible d’assurer un suivi des pathologies chroniques majoritairement présentes dans la vallée. Mais nous ne voulons pas focaliser notre action uniquement sur les consultations et les soins. Il est important de transmettre des messages clés, des messages de prévention ou encore rappeler le rôle central du dispensaire de la vallée".

Echanges de savoir-faire, partage de connaissance

En parallèle à ce volet consultations, l’équipe a souhaité mettre en place un réel programme de formation et d’échanges avec les acteurs locaux. Il n’est en effet pas envisageable de mener de telles actions dans ces zones reculées, sans y intégrer des échanges avec les soignants locaux. Cela n’aurait aucun sens." Il faut que notre intervention soit un moment de partage de connaissance et de pratiques, et nous espérons avoir à nos côtés l’infirmière du dispensaire, une sage-femme et peut être un médecin de l’hôpital de Boumalne-Dadès. En plus des consultations, nous allons aussi mettre en place une formation pour les accoucheuses traditionnelles, encore très présentes dans la vallée. Une formation leur sera ainsi proposée par notre sage-femme, notamment sur le dépistage des grossesses à risque, et le soin du nourrisson après l’accouchement. Nous interviendrons aussi dans les écoles, pour proposer une petite action de sensibilisation sur l’hygiène dentaire", poursuit Jéremie.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux : twitter facebook
livreslivrescontactspublicationstwitter