logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Hemera, normalien

Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner un peu ton parcours jusqu’à ton entrée en (école à préciser/dentaire/pharmacie/ vétérinaire) ?

Après le bac, deux ans de prépa bio-véto, entrée à l’ENS LYon en filière bio et demande de la passerelle en fin de M1.

Pourquoi avoir choisi ce cursus à l’époque (et non médecine directement) ?

J’ai beaucoup hésité, et si je savais que je voulais travailler sur le vivant, je n’étais pas sûre de vouloir être médecin. La vocation s’est affirmée plus tard avec une vraie connaissance de la profession.
De plus, les conditions d’étude de médecine me faisaient peur (la fac, l’esprit de compétition, l’obligation tacite des boites à colles, le concours). La prépa me correspondait plus et ce, malgré l’obligation de passer un autre concours non moins exigeant.
La prépa étant une formation très générale elle permet de se donner le temps de réfléchir en conservant l’accés à une grande diversité de métier, ça m’avait semblé être le bon choix à l’époque.

Quelles ont été les motivations qui t’ont amenée à demander cette équivalence ?

Le besoin d’être au contact du patient, ce qui est strictement impossible en restant du "côté" de la recherche.
La volonté d’étoffer la trop fragile communication entre le monde de la recherche et celui de la médecine.

Avais-tu fait un stage à l’hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a -t’il influencé ta décision ?

J’ai réalisé un stage de recherche fondamentale sur le cancer de plusieurs mois dans un laboratoire qui fait aussi du diagnostique préclinique. Il est situé au sein d’un centre de traitement du cancer et cela m’a permi de rencontrer des praticiens ayant fait de la recherche, et y collaborant fortement ou des chercheurs en contact étroit avec le monde de la médecine. Cela a confirmé ma volonté d’être de l’autre côté : celui des patients et non des éprouvettes.

Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DCEM1 ? Galère ou simple formalité ?

Simple formalité, un dossier assez mince, une lettre de motivation pour s’exprimer. Puis, l’entretien dure quelques minutes et est cordial. Finalement c’est surtout la réfléxion avec soi même qui est éprouvante et ... l’attente de la décision finale !

Comment les études de médecine s’intégrent-elles à ton précédent cursus ?
Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t’elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Je me dois d’effectuer encore un M2 d’ici 4ans. Mais cela ne devrait pas poser trop de problème. Je souhaiterai aussi faire une thèse de science mais pour cela j’attendrai sans doute l’internat. Mon école est neutre, elle ne m’a donné aucun renseignement que je ne lui ai pas demandé. Il ne me mettent pas de barrière mais n’encourage pas du tout, n’informent pas etc.

Peux tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

Ils étaient 8. Ils m’ont laissé parler quelques minutes, m’ont posé quelques questions à propos de moi (pourquoi demander une fac parisienne, comment j’allais faire mon M2 ?)et ensuite sont passés à des questions plus pour leur compte personnel sur le fonctionnement de mon école (obligation de faire l’agrégation, salaire). Ambiance détendue, quelques blagues. Ca passe très vite et en sortant j’étais plutôt satisfaite de moi dans le sens où j’avais été parfaitement honnête avec moi-même. J’avais dis ce que j’avais à dire, si cela ne leur convenait pas c’est que cette filière n’était pas faite pour mon profil.

Dans quel état d’esprit t’apprêtes tu à débuter cette année de DCEM1 ?

Très entousiaste !!! J’ai envie de travailler, d’aller à l’hôpital, de voir des patients, enfin. Mais j’ai aussi des appréhensions sur la façon de m’y prendre pour faire mon M2 et sur le fait que je retourne habiter chez mes parents après 2ans d’une vie étudiante riche et indépendante.

Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouve pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

Le choix de cette passerelle, je l’ai fait il y a longtemps et il est inscrit dans ma tête comme étant ce que je souhaite, certitude sans cesse renforcée depuis, par les rencontres que j’ai faites et les informations que j’ai glanées. Il est hors de question de le remettre en cause et le travail et les difficultés ne me font pas peur.

Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

Parisienne pour pouvoir habiter chez mes parents (c’est ce qui semblait le plus judicieux financièrement et pour optimiser les conditions de travail) et Paris VI pour les bons retours que l’on m’en a fait et pour son classement à l’ENC.

Comment comptes tu rattraper le premier cycle des études médicales ? As tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

J’ai 4 ans d’études de bio derrière moi. Je ne pars donc pas sans rien. De plus, ma grande motivation devrait être mise à contribution ainsi que les méthodes de travail acquises en prépa. Je vais travailler sur ce qui est mis à disposition sur le site de la fac et sur des cours d’amis ayant suivi les deux premières années.

Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d’études ?

J’habiterai chez mes parents et mon école me paie encore un salaire pendant deux ans.

Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Au mieux mais je compte bien accorder le temps nécessaire aux deux. Du haut de mes 21ans, à part le M2 à faire, je ne suis pas si différente des autres étudiants en médecine.

Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études ? Si à l’internat ton classement ne te permets pas d’avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu ?

Je souhaiterai travailler sur le cancer mais je ne suis pas à l’abri des sirènes des autres domaines que je ne connais que peu pour l’instant. Dans tous les cas, je veux être proche du monde de la recherche.

livreslivrescontactspublicationstwitter