logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Guismo, normalien

Peux-tu te présenter et nous décrire ton parcours ?

J’ai démarré mes études dans la biologie, par une prépa d’abord, puis à l’ENS de Lyon. Je termine tout juste mon M1 au sein de cette école et je rentre en D1 à Rouen l’an prochain.

Pourquoi avoir choisi ce cursus à l’époque (et non médecine directement) ?

La biologie me passionnait (et me passionne toujours d’ailleurs) et je ne savais pas dans quel domaine m’engager. La prépa présentait l’avantage d’être très généraliste et de satisfaire ma curiosité tant en géologie qu’en biologie végétale par exemple.

Quelles ont été les motivations qui t’ont amené à demander cette équivalence ?

Au fur et à mesure de ma formation, je me suis dirigé vers les disciplines de biologie humaine ou pouvant avoir un lien direct avec elle. La physiologie et la physiopathologie humaine en particulier. Puis, j’ai fait quelques stages en recherche dans ce domaine.

Aujourd’hui, j’ai besoin d’avoir une action plus concrète, et d’interagir avec les patients. La haute technicité qui existe en recherche m’a beaucoup plu, mais le contact avec le patient me manque. Je ressentais une certaine frustration de ce côté. D’autre part, je ne me voyais pas poursuivre exclusivement en recherche, qui est un milieu très sclérosant à mon avis.

Avais-tu fait un stage à l’hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ?

Plus ou moins, Cf. ma réponse précedente.

Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DCEM1 ? Galère ou simple formalité ?

Un peu des deux. Cette année [1], les choses semblaient jouer en notre faveur, il y avait beaucoup plus de postes en particulier. D’anciens étudiants de l’ENS de Lyon ayant fait le même parcours m’ont fait part de leur expérience, qui était très positive. Donc je n’avais pas une pression très grande. Je savais que tout se jouerait à l’entretien.

J’ai dis « un peu des deux » parce que le côté purement administratif a été un peu galère (un papier imprévu à produire au dernier moment, et surtout des complications avec mon école), mais tout est rentré dans l’ordre.

Comment les études de médecine s’intégrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école ? Ton école a-t’elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Mon école n’a pas vraiment essayé de me dissuader d’entrer en médecine, mais en revanche elle souhaitait que je le fasse à Lyon, et pas ailleurs (j’ai toujours vécu à Rouen, et j’ai donc demandé à entrer en D1 à Rouen). Cela a un peu compliqué les choses, mais je crois que ça s’est arrangé. Vis-à-vis de mon école, j’ai encore l’obligation d’effectuer un M2.

Peux tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

L’entretien a été tout à fait cordial. Le jury était agréable, m’a laissé parler sans me couper, puis m’a posé quelques questions :
-  comment financer ce projet ?
-  pourquoi ne pas avoir fait médecine directement après le bac ?
-  comment est-ce que ça va se passer vis-à-vis de mon école ?
-  est-ce que je compte faire de la recherche ? De la recherche fondamentale ?
-  quand est ce que j’envisage de faire mon M2 ? Une éventuelle thèse de science ?
-  est-ce que j’ai une idée de ma future spécialité ?

Dans quel état d’esprit t’apprêtes-tu à débuter cette année de DCEM1 ?

Inquiet, mais surtout heureux, libre, excité, impatient, ...

Je sais que je pars avec des lacunes et que je n’ai pas l’habitude de travailler comme on nous le demande en médecine. Je sais aussi que je n’ai jamais mis les pieds dans un hôpital en tant que soignant et que tout reste est donc à faire pour moi. Mais je suis motivé, je suis bien entouré aussi (ma compagne est en médecine) et je sais aussi que je suis capable de travailler quand il le faut. J’ai a priori un bon contact avec les gens (ceux qui m’encadrent, souvent ceux avec qui je travaille, ...) donc je vais essayer d’apprendre à leur côté, d’ouvrir grand les yeux et les oreilles, et de demander de l’aide quand ce sera nécessaire.

Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouve pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

Je ne sais pas si j’irai au bout « coûte que coûte », mais en tout cas je m’y engage pour en sortir médecin. Donc même s’il y a des moments difficiles, j’essaierai de les surmonter.

Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

Comme je le disais, j’ai toujours vécu à Rouen, j’y ai ma compagne, ma famille, mes amis, et aussi de nombreux « contacts » à la fac de médecine (quelques étudiants de tous niveaux, des médecins aussi, avec qui j’ai fait mes stages). En plus le système pédagogique qui y est en place (système des APP) me convient tout à fait et est, à mon avis, tout à fait propice à un « parachutage » en D1.

Comment comptes tu rattraper le premier cycle des études médicales ? As tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

Si je ne réussi pas, je ne pense pas que ce sera à cause de ces lacunes, mais plutôt parce que je n’y trouverai pas ce que je suis venu y chercher et que ma motivation se sera réduite. Je pense qu’il est possible de rattraper ces lacunes, si importantes soient-elles. D’autres l’ont fait, et le feront.

Je pense m’imprégner un peu d’anatomie, de sémiologie, de physiologie et aussi d’un peu de pharmacologie et de psychologie pendant l’été, afin d’aborder la rentrée sans être complètement largué. Mais il faut aussi profiter de ces vacances pour partir en forme et prêt à en découdre.

Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d’études ?

J’ai la chance d’être rémunéré par mon école pendant encore deux ans (et depuis déjà deux ans), ce qui me permettra de vivre jusqu’à la fin de la D2 (normalement). Ensuite je cumulerai le salaire d’externe, les économies (faites avec mes salaires actuels) et si c’est nécessaire un prêt étudiant.

Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie ?

Comme je l’ai déjà dit, ma compagne est aussi en médecine. Nous voilà donc dans la même galère. Ca complique peut-être un peu les choses, mais je pense qu’on est d’accord sur le fait qu’il nous faudra patienter encore un peu pour fonder une famille. Nous vivons déjà ensemble, et ça se passe très bien alors que nous sommes déjà dans des études prenantes, donc je pense que ça continuera comme ça.

Notes :

[1en 2006

livreslivrescontactspublicationstwitter