logo remede
remede.org : Communauté Médicale & Paramédicale Indépendante
107 connectés sur le site | 17ème année | S'inscrire | S'identifier
 

Greg, ancien ingénieur, maintenant en médecine (P 1 2002/2003)

  • Quelles études avez-vous faites avant de vous reconvertir dans la médecine ? Pourquoi avoir choisi ces études ?

J’ai fait une prépa scientifique (maths sup. et spé) puis une grande école (d’ingénieur) parisienne. A l’époque, après mon bac S passé en 1995, je n’avais pas vraiment de projet professionnel et la math sup. m’attirait par les possibilités -réelles- que ce cursus offrait. C’était, aux dire de beaucoup la voie royale pour devenir ingénieur et donc avoir un choix professionnel large et potentiellement intéressant pour de multiples aspects.

  • Quand et pourquoi avez-vous décidé de changer de voie ?

A la suite de mon école d’ingénieur, j’ai travaillé deux ans, en tant qu’ingénieur consultant dans la sécurité réseaux. Dès le début, j’ai commencé à faire des économies dans le but de financer un projet, qui était encore flou et imprécis. C’est au bout de deux ans que l’évidence s’est imposée à moi : je devais faire médecine. En fait, j’avais toujours ce projet au fond du coeur, mais la confrontation avec le milieu de l’entreprise privée et avec la réalité du travail d’ingénieur a fait resurgir ce qui était refoulé. J’avais (j’ai) le besoin de travailler dans un but humain, de sentir au quotidien le bien que je fais, et non pas travailler pour des buts obscurs et souvent purement économiques. La médecine m’a toujours fait rêver... Soigner, l’attention au plus faible, l’émotion qui naît de "l’amour" des autres et des échanges avec une personne qui vient vous confier sa souffrance autant morale que physique... Voila ce que représente, en résumé simpliste, l’idéal de mon exercice. Ne faut-il pas suivre ses rêves plutôt que sa résignation ?..

  • Avez-vous été soutenu par votre famille, vos amis dans cette décision ?

Ma famille a suivi l’évolution de cette décision, qui ne s’est pas imposée tout de suite ! Mais dès que j’ai été décidé, j’ai été très bien compris, et soutenu. Je n’ai eu aucun problème pour cela, et ça m’a aidé bien sûr. Quant aux amis, les plus proches me connaissent bien et m’ont donc compris et encouragés. D’autres m’ont trouvé fou, voire inconscient, mais ça ne m’a pas freiné. Le plus important est que les personnes que l’on aime soient compréhensive et soient là quoi qu’il arrive.

  • Comment vous êtes vous préparé pour cette PCEM1 ?

Et bien par deux moyens particuliers : la fille que j’aime était passée par médecine, donc elle m’a mis au parfum de qui m’attendait. Dans mes amis aussi, il y a des médecins, dont des ex-cochinois. Eux aussi m’ont bien informés. Et puis, bien sûr, Remede ! J’ai été un peu à l’origine du forum "Revenir en médecine" il y a 2 ans et demi, et j’ai rencontré plein de gens supers, tout prêts à m’aider depuis le premier jour et à me soutenir pendant toute la P1 !! Un grand merci à eux. "Spéciale dédicace" à Marielle, DocNo, Bertrand, Doug, Esig, et d’autres !

  • Quel effet cela fait-il de retourner sur les bancs de la fac, dans une ambiance de concours, au milieu d’étudiants pour la plupart bien plus jeunes que vous ?

Pour la jeunesse des autres étudiants, je m’y étais bien préparés, et finalement ça n’a pas été aussi terrible. Je me suis même fait un bon petit groupe de copain(es) assez vite dès le début de l’année. Retourner sur les bancs de la fac, je n’attendais que ça, donc aucun problème, ça a même été un plaisir. D’autant qu’en P1 la plupart des cours sont vraiment intéressants à mon avis.

  • Vos connaissances, votre expérience acquises antérieurement vous ont-elles été utiles pour le concours, ou un handicap ?

Heu, non pas vraiment. Peut-être la physique, mais c’est ma moins bonne note du premier semestre, alors non. Pas non plus un handicap bien sûr, mais pour moi la chimie et biologie ça faisait 7 ans que je n’en avais pas fait. J’avais un peu peur du choc, et puis en bossant à fond dès le premier jour, ça a bien été ! Ce qui m’a vraiment été utile, c’est une détermination en acier, et une conviction qu’il fallait que je me donne à fond, pour ne rien regretter. C’est cette détermination qui est précieuse, car elle donne des forces quand on en manque parfois.

  • Comment bossiez-vous ?

Seul. Jamais en bibliothèque, je passe mon temps à regarder les autres et je ne fais rien. Je travaillais dans ma cuisine (!) toute l’année, au milieu des casseroles et des poêles ;-) Mais j’étais bien, avec à mes pieds la pile de classeurs à apprendre par coeur. Un endroit tranquille. Ma copine m’a énormément aidé en s’occupant presque à 100% des taches ménagères et des courses. Je faisais par contre à manger, ça me détendait de toutes façons. Mais elle m’a beaucoup soulagé et m’a toujours soutenu dans cette aventure. Je lui dois une partie de cette réussite.

  • Finalement, passé primant, ou carré ?

Primant, 16ème au premier semestre, 18ème au final.

  • Quels conseils donneriez-vous à ceux qui comme vous veulent faire médecine sur le tard ?

Pas facile comme question, car ça dépend énormément des situations pour les reconversions..
D’abord, bien prévoir le financement pour au moins un an, de préférence 2 (redoublement à envisager). Ne surtout pas, évidemment, prévoir une autre activité pendant la P1, c’est absolument exclusif. Ensuite, ne pas s’emballer et se précipiter. Attendre d’avoir les conditions optimales (soutien familial et/ou du compagnon, logement, argent, etc..). Si nécessaire, se remettre à niveau terminale S. Une fois tout cela, et si la motivation est intacte, alors on y va et on fonce !! Se prévoir absolument au moins un mois de vacances avant la rentrée, et arriver en P1 frais et dispos, c’est très important. Ensuite, bosser dès le début, ne pas prendre de retard, et ne jamais se décourager. Continuer sur ce rythme de premier au dernier jour. Et ça passe !
Pour finir, je vais citer une phrase que Marielle m’avait donnée et qui m’a souvent portée dans les moments de découragements inévitables : « Quoique tu te dises capable de faire, ou que tes rêves te disent capable de faire, entreprends le. L’audace porte en elle génie, pouvoir et magie » Goethe

  • Un souvenir particulier de cette année de PCEM ?

Beaucoup !
Dans le désordre : une ambiance sympa finalement, des profs parfois passionnés par leur matiere et qui savent le transmettre, la course dans les couloirs de la fac pour se choper une place en amphi ou en ED, et surtout les résultats finaux en Juillet affichés 3 jours avant la date prévue, et que j’ai découvert par hasard en passant dans le quartier !! un grand moment...

livreslivrescontactspublicationstwitter