logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

ECNi blancs : les conclusions

partage mail facebook twitter linkedin
Pour la deuxième année consécutive, le CNG a organisé avec succès les ECNi blancs. Il s’agit donc de la 3e version numérique du concours de l’internat grandeur nature. Le CNG a de quoi se réjouir, à part quelques défauts minimes, ces examens se sont bien déroulés, et les étudiants sont satisfaits. Quelles conclusions tirer de ces examens blancs, et quelle valeur leur donner ?

Un étudiant tricheur

Que dire de l’organisation ? Plus de 8720 étudiants inscrits dans 34 centres d’examen. L’épreuve est, comme à chaque fois, de taille pour les organisateurs. Les serveurs sont fortement sollicités, mais ils ont tenu bon. Les épreuves ont eu lieu du 19 au 22 mars avec deux jours de secours. Pas de dysfonctionnement majeur. Seul petit bémol, un centre d’examen a subi une déconnexion de 20 minutes mais sans gêner l’organisation des épreuves. Les quelques dysfonctionnements de tablette ont facilement été gérés grâce aux tablettes de secours.

Côté étudiant, l’un d’entre eux aurait été attrapé en flagrant délit de triche pour ces ECNi blancs.

Concernant le sujet des épreuves, la rosacée en a fait trembler plus d’un. Les sujets n’ont dans l’ensemble pas été critiqués par les étudiants, et il y a eu peu de remontée auprès du CNG. L’épreuve de LCA, avec deux articles en anglais, semble avoir été trop longue pour pouvoir être traitée correctement. Cette remarque a été suffisamment unanime pour que le jury en prenne note.

Le top 3 des facs

Les statistiques concernant les résultats des facs ont cette année été disponibles. Cette fois encore, la hiérarchie que l’on retrouve depuis de nombreuses années dans les ECN est relativement respectée. Les facs qui ont réussi à classer le plus d’étudiants dans le top 1000 sont Paris 6, l’UVSQ, Paris 5, avec respectivement 27 %, 25 %, 17 % d’étudiants dans les 1000 premiers. En bas de classement on retrouve Amiens, Angers et Poitiers.

Les résultats sont-ils représentatifs ?

La question que se posent les étudiants, c’est bien sûr de savoir quelle valeur donner aux résultats de ces examens blancs. L’analyse des résultats de deux facs a permis de montrer que pour une grande partie des étudiants, le rang de classement obtenu pour les ECNi blancs était sensiblement le même que pour les ECNi. Pour ne pas faire perdre espoir, sur les deux promos analysées soit environ 300 étudiants, 6 ont réussi à gagner près de 1000 places. Il est intéressant de noter que l’effet inverse a aussi été observé pour de nombreux étudiants. Donc même si ces résultats, à 4 mois des examens finaux, sont assez proches du résultat final, cela ne signifie pas pour autant qu’il soit impossible de remonter la pente ou encore de la descendre.

Pour rappel, l’année dernière, c’est près de 3 étudiants sur 10 qui avaient le choix entre toutes les spécialités. Il fallait, en 2016, être classés dans les 2157 premiers pour avoir tous les choix.

Pour ces trois mois avant les ECNi, beaucoup de travail reste à accomplir. Les étudiants bénéficient cette année, et pour la première fois, d’un mois et demi de congé pour les révisions. Bon courage à tous.

partage mail facebook twitter linkedin
  • Idris Amrouche
  • Rédacteur remede.org
  • amrouche.idris@gmail.com
Tags :
  • ecn_medecine
  • Top - ne pas manquer
  • internat_medecine
livreslivrescontactspublicationstwitter