logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Du nouveau dans les études de médecine : le Portail Santé

partage mail facebook twitter linkedin
Le président de la République Emmanuel Macron avait promis, lors de la campagne électorale, une réforme des études de médecine en réponse aux difficultés du système de santé français. Le ministère des Solidarités et de la Santé a publié 5 actions prioritaires dont la réforme du premier cycle des études de médecine. La réforme PACES doit entrer en vigueur en septembre 2020, la PACES laissant place au Portail Santé. Ces annonces entraînent de nombreuses modifications pour le parcours des futurs médecins. Pour les aborder sereinement, il est indispensable de connaître les modalités de la réforme des études médicales suite au rapport Saint-André et au plan Ma Santé 2022.

Les nouveautés de la réforme de la première année de médecine

Une des actions de la réforme « Ma Santé 2022 » est de revoir le premier cycle des études de santé, incluant donc la première année de « médecine » (au sens le plus large et incluant pharmacie, dentaire…). Auparavant, les étudiants désireux d’intégrer médecine avaient comme unique possibilité de suivre une première année de médecine : la fameuse PACES, première année commune aux études de santé. Cette année se rythmait par le résultat d’un concours passé au premier semestre avec essentiellement un QCM, puis pour les mieux classés, la possibilité de poursuivre et de se positionner sur les concours du second semestre (médecine, pharmacie, sage-femme et masso-kinésithérapie). Dès la mise en place de la réforme, le lycéen aura dorénavant la possibilité de choisir parmi 2 parcours.

Le Portail Santé revisite la PACES

En septembre 2020, la réforme santé entrera en vigueur. Adieu l’année de PACES et son concours, place à l’année Portail Santé et ses examens. L’année Portail Santé se présente en différents modules de compétences et en UE, permettant la délivrance de crédits ECTS. Cette première année de médecine permet l’obtention de 60 ECTS. Le Portail Santé ne représentera dorénavant plus que 60 % du nombre de places pour que le recrutement ne se limite pas aux étudiants du Portail Santé.

L’année Portail Santé permet ensuite l’accès aux études MMOP, à condition, bien sûr, de réussir les épreuves d’admission, mais aussi aux métiers de la santé si l’étudiant a validé son année, ou bien encore à une autre L2 proposée par son université, toujours dans le cas où l’élève valide son année.

Avec la réforme santé, chaque étudiant aura deux chances pour rejoindre les études de santé :
-  Le Portail Santé à l’issue du baccalauréat.
-  Après une L2 avec une mineure santé (modalités non communiquées précisément à la date de rédaction de cet article).
Important : la 2e voie d’accès sera également la voie de la 2e chance pour les étudiants ayant échoué au Portail Santé mais ayant validé leur année.

Le second choix : la licence avec une mineure santé

Même si le Portail Santé fait figure de voie royale, la licence avec mineure santé peut être envisagée par un élève hésitant en terminale. Il peut s’inscrire à une licence classique à condition d’avoir une mineure santé. L’inscription se fait aussi sur Parcoursup ; attention toutefois, les conditions pour rejoindre une deuxième année de médecine sont réduites. Lors de la L1 mineure santé, il est indispensable de valider 60 ECTS avec une moyenne générale supérieur à 12/20. Une fois ces conditions remplies, l’élève sera convoqué à un examen d’admission écrit et/ou un oral.

La vigilance reste de mise dans son choix de licence. Elles ne donnent pas toutes la possibilité de candidater, tout dépend des filières de médecine souhaitées. Par exemple, le professeur Jean-Paul Saint-André avait annoncé en janvier 2019 que la filière pharmacie ne serait accessible qu’après une première année de chimie (à prendre avec des pincettes, toutes les informations n’ayant pas encore été communiquées sur cette voie d’accès licence + mineure santé).

Une volonté de réformer le parcours de l’étudiant

La sélectivité de la PACES a parfois gâché le parcours scolaire d’étudiants pourtant brillants, qui se sont vu refuser l’accès à la deuxième année des études de santé après avoir redoublé la première. Pour pallier ce dysfonctionnement, la réforme santé souhaite proposer différents parcours aux étudiants avec une possibilité d’intégrer l’année Portail Santé ou une licence avec une mineure santé. Attention, cependant, selon les filières de médecine envisagées, les exigences de spécialisation de licence changent également. Il est important de rester très vigilant, ce nouveau dispositif promet, en effet, une première année Portail Santé encore plus dense pour l’étudiant.

Des médecins formés pour l’ensemble du territoire

Pour permettre l’accès à un plus grand nombre d’étudiants passionnés par la médecine, le numerus clausus sera supprimé dès 2020. Ainsi, suite à l’article 1er du projet de loi santé, ce sont les universités qui imposeront leur capacité de formation et les régions qui évalueront les besoins santé du territoire. Cet accès réglementé se nomme numerus apertus, il se veut plus flexible mais toujours avec un nombre de places maximum déterminé. Le numerus apertus est un enjeu majeur de cette réforme PACES. Il apparaît comme une réforme du numerus clausus afin d’équilibrer le nombre d’étudiants en médecine avec les besoins actuels et futurs du système français.

La sélection en fin de première année de médecine

Le projet de loi « Ma Santé 2022 » porté par Agnès Buzyn a pour objectif l’augmentation de 20 % du nombre de médecins formés. Cependant, augmenter le nombre de médecins formés ne veut pas dire baisser la sélection en fin de première année de médecine. Il s’agit avant tout de diversifier les profils grâce à des passerelles entre les cursus et des critères de sélection précis. Le professeur Saint-André, à l’origine du rapport Saint-André sur lequel la réforme de la PACES se base, explique que le concours classique de la PACES est remplacé par un mode de sélection différent, mais pas moins sévère.

La voie d’accès aux filières de santé après la première année

Suite à la réforme santé annoncée, la voie d’accès aux filières de santé ne sera plus établie selon les résultats d’un concours aux 1er et 2e semestres. Désormais, les étudiants en médecine passeront des examens leur permettant de valider des crédits ECTS pour les années supérieures. Si ces examens ne permettent pas à l’élève d’accéder à la deuxième année de médecine de son choix mais qu’ils valident toutefois ses crédits, il aura la possibilité de se réorienter.

Aucun redoublement possible

La réforme PACES ne permettra plus le redoublement de l’étudiant. La pression devient encore plus importante pour le futur médecin, car il a l’obligation de réussir sa première année en un an. Le gouvernement prévoit, grâce à l’acquis des crédits, des réorientations en licence. Une forme de système « passerelle » permettra de pallier le redoublement grâce à la validation d’un cursus universitaire. L’étudiant n’aura ainsi pas perdu son année de travail.
Les élèves auront toutefois la possibilité d’obtenir une seconde chance s’ils échouent. Ils pourront passer par la case licence avec une mineure santé pour accéder à la deuxième année MMOP.

Les Prépas Médecine Anticipées prennent le pas sur les prépas P1

La différence d’exigence entre le lycée et la première année de médecine est importante, elle provoque un fossé à l’entrée en première année de médecine que tous les étudiants ne sont pas capables de franchir. En médecine, la première année se prépare avec une grande attention et beaucoup de rigueur, elle est l’année où s’effectue la sélection, car tous les élèves ne passeront pas en 2e année.
De plus en plus d’élèves décident de se préparer dès le lycée en faisant appel à une prépa médecine en terminale.

Se préparer au Portail Santé dès le lycée

La méthode d’apprentissage est un élément clé dans la réussite de la première année de médecine car il faut savoir apprendre vite et beaucoup pour suivre le rythme. Au risque de se sentir très vite débordé, une préparation en amont du premier cycle de médecine permet de commencer avec des acquis solides tout en valorisant son dossier Parcoursup en classe de terminale. L’élève doit prendre conscience du fait que le rythme est tel que les lacunes peuvent très vite s’accumuler. Une Prépa Médecine Anticipée lui permet d’être préparé comme l’était auparavant un doublant et ce dès son entrée en première année.

Avec la réforme PACES, préparer sa première année dès le lycée devient encore plus pertinent pour la réussite du jeune étudiant, comme en témoigne Édouard Morice, professeur agrégé et directeur de la prépa Cours Thalès, première prépa médecine pour les terminales :

« La réforme actuelle remplace la PACES par le "Portail Santé" en supprimant le redoublement tout en ne laissant que 60 % des places actuelles accessibles par ce portail. Va ainsi se créer un goulot d’étranglement au niveau de cette nouvelle première année de médecine au profit de la seconde voie d’accès. Contre toute attente, la sélectivité risque donc d’être accrue. Anticiper dès la terminale n’a jamais été aussi important, d’autant qu’une telle préparation permet également d’améliorer ses résultats de terminale, ce qui est très bénéfique pour le dossier Parcoursup. Notre prépa est couronnée chaque année de résultats excellents et est aujourd’hui la prépa médecine de référence pour les lycéens. »

Pourquoi les cours de lycée ne suffisent pas ?

Au lycée, le rythme et la quantité de travail sont adaptés afin de correspondre aux plus grands nombres des lycéens. Les méthodes données s’acquièrent durant tout le cycle, mais ne permettent pas à l’élève de repousser ses limites d’apprentissage. La pression et la concurrence n’ont pas lieu d’être, car il n’y a pas un nombre de places défini pour obtenir le baccalauréat.

Durant une Prépa Médecine Anticipée, le travail méthodologique est mené tout au long de la classe de terminale par des étudiants formateurs en 2e ou 3e années de médecine. Cette préparation permet de donner les clés essentielles au lycéen pour aborder sa première année sereinement. L’élève prend connaissance du programme de sa première année dans le supérieur, il comble ses lacunes et il peut prendre ainsi de l’avance sur ses camarades.

partage mail facebook twitter linkedin
  • Cours Thales
  • contact@cours-thales.fr
Tags :
  • Top - ne pas manquer
  • paces_concours_maieutique
  • paces_concours_odontologie
  • paces_concours_medecine
  • paces_concours_pharmacie
  • paces_medecine
  • paces_pharmacie
  • paces_maieutique
  • paces_odontologie
livreslivrescontactspublicationstwitter