logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Double cursus médecine-Ecoles Normales Supérieures (Paris, Lyon)

Initialement, les ENS (Ecoles Normales Supérieures, ou Normale Sup’) ont été créées pour former des enseignants (préparation à l’agrégation, ...). Depuis plusieurs décennies, elles ont un nouvel objectif : celle de former des chercheurs que ce soit en sciences fondamentales, appliquées ou sciences humaines.
Il y a trois ENS en France : Paris, Lyon, Et Cachan (banlieue parisienne). Pendant très longtemps, l’ENS de Paris a été considérée comme la plus prestigieuse. Même si cela est toujours vrai, les ENS tendent aujourd’hui à se spécialiser, et à exceller dans un domaine particulier. A Lyon, on est très bon en virologie et en immunologie.
L’ENS accueille à la fois des étudiants français et des étudiants Erasmus. Pour les étudiants français, il y a deux catégories : les normaliens et les auditeurs libres. Les premiers ont été recrutés sur concours, ils sont fonctionnaires donc rémunérés au SMIC pendant 4 ans. Ils signent un contrat avec l’état pour dix ans. Pour les carabins, ce n’est pas vraiment un problème puisque nos études sont très longues et que les médecins chercheurs travaillent la plupart dans le public. A noter que les quatre années rémunérées sont déjà déduites des 10 ans. Les auditeurs, quant à eux, sont sélectionnés sur leur dossier. Ils ne sont pas rémunérés. Mis à part le salaire et le prestige, être normalien ou auditeur n’a pas un grand impact dans votre cursus à l’école. Les professeurs n’y attachent pas trop d’importance. Néanmoins, l’école est plus exigeante avec les normaliens qui doivent avoir des résultats suffisants (sinon ils peuvent perdre un an de salaire, et là c’est dur...)
La plupart des étudiants sont passés par des classes préparatoires. Il s’agit du premier concours. Très peu le réussissent. Mais d’autres étudiants viennent de l’université, c’est le cas notamment des carabins recrutés par le biais du second concours. Pour plus d’information, les sites des ENS de Paris et Lyon sont très complets (à noter que Cachan n’ouvre pas ses portes aux étudiants de médecine).
Je vais désormais parler plus spécifiquement de l’ENS de Lyon et du cursus que suivent les carabins. Il faut savoir que le nombre d’étudiants à faire ce double cursus est très petit à Lyon. En dix ans, l’école a vu passer quatre ou cinq têtes maximum. Cela veut dire qu’il ne faut s’auto censurer pour le concours. Si vous êtes suffisamment bon, on vous acceptera.
Pour les carabins, le concours est très difficile. En 2012, il y a eu 80 candidats pour l’ENS de Lyon ( dont une dizaine en médecine grosso modo). 20 candidats ont été admissibles (dont un étudiant de pharmacie et moi, en médecine). 8 ont été admis sur liste principale (un seul étudiant de médecine). Cette difficulté tient à la nature de l’épreuve. Les épreuves écrites durent plusieurs heures et requièrent de la logique ainsi que de l’imagination parfois. Rien à voir avec nos QCM de PACES.... Par ailleurs, les oraux sont longs et demandent d’avoir un gros bagage en sciences (sinon c’est prendre le risque de s’attirer les foudres de l’examinateur). C’est un échange permanent qui vise à tester vos connaissances ainsi que vos réactions face à un problème original. On ne va pas se mentir, les examinateurs ont horreur des choses classiques. Et doucement ils vous emmèneront vers des choses toutes nouvelles (à l’écrit comme à l’oral)

A Lyon, on suit en même temps que la D1 la L3 de biosciences. Le rythme est donc très soutenu et il faut accepter de devoir énormément travailler. Cette licence a pour vocation de nous donner un bagage très solide pour aborder le master dans les meilleures conditions. Le premier semestre consiste en un tronc commun (génétique, évolution, biostats, travaux pratiques, cellule, ....). Néanmoins, le département de biologie accepte que ceux en double cursus n’assistent pas à l’ensemble des cours. On m’a donc donné des équivalences pour certaines matières. Au second semestre, les UE sont désormais très spécialisées : immuno, viro, génétique des populations, modélisation bioinformatique, hormones... Il faut remarquer que les travaux pratiques durent au total 7 semaines ce qui nous permet d’acquérir un très gros savoir faire. Là est la différence avec un carabin qui devra apprendre au labo à faire des Western ou des PCR... A la fin de l’année, on doit effectuer deux mois de stage à temps complet en laboratoire. On intègre ensuite le master. Pour les étudiants en médecine, il est demandé d’interrompre ses études médicales au moins pour le M1. Mais le parcours se discute au cas par cas. L’école ne vous impose rien. Un tuteur vous accompagne dans vos décisions... Par ailleurs, certains décident ensuite de valider leur thèse de sciences avant l’externat.
Pour finir sur une note optimiste, c’est la voie royale pour les mordus de science qui veulent faire de la recherche leur futur métier. On rencontre un tas de chercheurs, dont certains sont très brillants et veulent transmettre leur passion...

Contactez moi si je n’ai pas été assez précis
livreslivrescontactspublicationstwitter