logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

De nouvelles opportunités pour les pharmaciens biologistes

0 partage mail facebook twitter linkedin
Les regroupements de plateaux techniques rendent nécessaires de nouvelles compétences pour les pharmaciens biologistes. A la fois scientifiques (bactériologie, hématologie, génétique, PMA…) et organisationnelles (management et assurance qualité). Explications.

- Etat des lieux et actualités
En 2017, on dénombrait 7 272 pharmaciens biologistes. 63 % exercent en secteur privé, 37 % en secteur public (1). Le métier de pharmacien biologiste garde de l’attractivité, sans doute davantage parmi les étudiants en pharmacie que parmi les étudiants en médecine . « Initialement, la biologie était la voie royale en pharmacie car l’exercice libéral dans les laboratoires était bien rémunéré, permettait d’être son propre patron et enfin car il y avait beaucoup d’innovations dans les laboratoires, d’où des perspectives de carrière attrayantes », souligne Jean-Baptiste Campergue, pharmacien biologiste. Progressivement, l’exercice indépendant est en train de disparaître, dans un contexte de regroupement massif dans les laboratoires de biologie médicale depuis la réforme de 2010 (2). Mais cette nouvelle donne n’impacte pas trop le choix de la biologie médicale parmi les étudiants en pharmacie, avec des postes qui restent bien pourvus lors du concours de l’internat (ce qui n’est pas le cas en médecine ces dernières années).

-  Cursus initial et internat
Après un 1er et 2e cycle de 4 ans, les étudiants en pharmacie qui souhaitent s’orienter vers la biologie médicale doivent passer le concours de l’internat en 5e année. Il donne en effet accès à 3 DES : biologie médicale, pharmacie hospitalière et innovation pour la recherche pharmaceutique. Le nombre de postes ouverts à la biologie médicale était de 163 en 2018, 155 en 2017, 154 en 2016. Un chiffre stable depuis plusieurs années.
« Le concours demande un investissement énorme pendant un an et demi. Il faut savoir qu’il y a des différences de préparation entre les facs. Certaines, comme Paris, Lyon, Marseille ou encore Bordeaux ont une vraie « culture internat » alors que dans d’autres, la préparation est moins approfondie », précise Jean-Baptiste Campergue. D’où l’importance de bien choisir votre fac dès la 1re année pour mettre toutes les chances de votre côté. « Je conseille aux étudiants de choisir des services spécialisés pour les 4 derniers stages de l’internat, comme par exemple bactériologie, hématologie ou génétique. Cela leur ouvrira davantage de perspectives de carrière que des stages trop généralistes », ajoute-t-il.
Ensuite, le DES est le même pour médecins et pharmaciens.

-La maquette du DES de biologie médicale
Phase socle : 4 semestres
Trois spécialités doivent obligatoirement être validées durant ces deux années : bactériologie-virologie, biochimie, hématologie. A l’issue de la phase socle, l’interne choisit entre 5 options précoces :
-  biologie générale (correspond à l’ancien parcours « biologie polyvalente ») ;
-  médecine moléculaire-génétique-pharmacologie ;
-  hématologie et immunologie ;
-  agents infectieux (bactériologie, virologie, hygiène hospitalière, parasitologie) ;
-  biologie de la reproduction.
Phase d’approfondissement : 2 semestres
Un « contrat de formation » mentionnant le choix d’option précoce de l’interne et son sujet de thèse, est établi. Les 2 stages de la phase d’approfondissement doivent avoir un lien avec l’option précoce choisie. A l’issue de cette phase, l’interne doit obligatoirement avoir soutenu sa thèse.
Phase de consolidation : 2 semestres
Soit 2 stages d’un semestre en lien avec la biologie générale ; soit 2 stages d’un semestre en lien avec leur option. Cette phase se termine par la présentation d’un mémoire de DES, et d’un examen oral.
En complément, quelques exemples de formations spécialisées transversales facultatives, communes à plusieurs DES, d’une durée d’un an : bio-informatique médicale, génétique et médecine moléculaire bioclinique, hématologie bioclinique, hygiène, médecine et biologie de la reproduction, nutrition appliquée.

-Principales missions du biologiste
Les missions sont identiques pour les médecins et les pharmaciens de formation, à l’exception de certains actes (frottis du col utérin, insémination) ou de consultations spécialisées (insémination, Fiv, Cecos).
Ces missions sont les suivantes :
-  Phase pré-analytique : le biologiste intervient à tous les niveaux pour éviter les erreurs : double vérification d’ordonnances, recueil de renseignements cliniques pertinents, mise en place des règles de bons prélèvements, choix de certains examens et techniques, etc…
-  Il réalise tous types de prélèvements : veineux, artériels, gynécologiques, bactériologiques, dermatologiques, médullaires, etc.
-  Il aide le prescripteur dans le diagnostic ;
-  Il modifie et adapte certaines prescriptions ;
-  Il établit lui-même certains diagnostics directement au microscope ;
-  Il participe à l’interprétation des résultats de biologie médicale par le médecin et l’oriente sur le choix de la thérapeutique ;
-  Il est présent lors des réunions de concertation pluridisciplinaires en infectiologie ou en oncohématologie par exemple ;
-  Il interprète certains résultats aux patients ;
-  Il est une sentinelle concernant les urgences biologiques : il oriente le patient vers le prescripteur voire les services d’urgence ou le Samu lorsque le prescripteur est injoignable ;
-  Il est chargé du management de son équipe et de la formation ainsi que du maintien des compétences du personnel ;
-  Il gère le SMQ (système de management de la qualité).

-Statuts et rémunération
A l’hôpital, le pharmacien biologiste suit la grille de rémunération hospitalière valable pour les assistants, puis PH et éventuellement universitaires. La grille de PH à consulter ici.
Dans le privé, à l’embauche le salaire est d’environ 4 500-5 000 euros net pour un salarié et 6 000-6 500 euros net pour un actionnaire ultra-minoritaire (ce qui revient grosso modo au même salaire après charges).
Dans le privé, on peut distinguer 3 statuts différents : le salariat (peu utilisé, en raison des charges), l’associé ultra-minoritaire et le véritable associé (qui a des parts, un droit de vote et des dividendes). La majorité des médecins biologistes exerce sous le statut d’associé ultra-minoritaire.
Le syndicat des jeunes biologistes médicaux réclame la création d’autres statuts qui soient plus favorables aux jeunes biologistes et qui favorisent une progression de carrière. La revendication d’un élargissement des missions de santé publique des biologistes médicaux pourrait s’accompagner d’une réflexion sur les statuts et d’une possible remise à plat, espèrent les jeunes professionnels.

L’avis de l’expert
Jean-Baptiste Campergue, pharmacien biologiste

« Le métier de biologiste change »
« J’ai fait pharmacie à la base pour travailler en officine. Mais en 3e année, j’ai préféré m’orienter vers le diagnostic. J’ai tenté l’internat, j’ai réussi, et je suis parti dans le privé. Je travaille dans un groupement de taille moyenne à Paris. J’ai toujours des machines dans mon laboratoire, donc je continue à exercer une activité technique, ce qui me plaît beaucoup. J’ai aussi du temps pour discuter avec les prescripteurs. Par ailleurs, nous essayons de faire de la prévention auprès des prescripteurs, notamment au travers de réunions où nous leur présentons de nouvelles techniques. Récemment, nous leur avons présenté la bactérie mycoplasme genitalium, responsable de MST touchant 1 % de la population générale, et qui n’était pas détectée avant.
Le métier de biologiste change. Les plateaux techniques regroupés sont désormais organisés en secteurs qui nécessitent des compétences biologiques plus spécialisées. Il y a donc de nouvelles opportunités pour les jeunes biologistes dans les secteurs conventionnels modernisés (bactériologie, hématologie) et dans des secteurs innovants comme la PMA (procréation médicalement assistée), la protéomique, la génétique… Pour d’autres, au profil plus polyvalent, les groupements nationaux de laboratoires offrent des opportunités de carrière en management, organisation et assurance qualité »

Sophie Cousin

Pour en savoir plus :
(1) http://www.ordre.pharmacien.fr/content/download/399974/1888607/version/1/file/brochure-la-demographie-+2018.pdf
(2) http://www.fnsipbm.fr/sites/default/files/obs_hs_2_la%20reforme%20de%20la%20biologie%20medicale%20en%20pratique_mars_mai_2010.pdf

0 partage mail facebook twitter linkedin
  • Sophie Cousin
Tags :
  • professionnels_pharmacie
  • liberal_installation
  • Top - ne pas manquer
  • ecn_pharmacie
livreslivrescontactspublicationstwitter