logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Ciboulette - Conservatrice d’une réserve naturelle nationale - admise en DFGSM2 à Tours

1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?

32 ans, une petite fille de 3 ans, admise en seconde année à Tours. Mon parcours est un peu différent des autres. L’idée de la médecine ne m’a jamais effleurée pendant les études, j’étais plus branchée Biologie et Monde animalier. Je suis partie en DEUG de Bio, licence et maîtrise d’écologie avec une spécialisation en Biologie de la Conservation. Puis un master en Gestion des territoires, histoire d’allier Homme et Nature. Suite à cela j’ai bossé deux ans en chargée de mission environnement, puis 5 ans au poste tant convoité de Conservatrice d’une réserve naturelle nationale. La naissance de ma fille il y a 3 ans, la maturité, l’expérience et tout ça, bref, quand j’ai rencontré son pédiatre, ça a été petit à petit comme une évidence : c’est ça ce que je voulais, c’était dans cette relation médecin patient que je me retrouvais.
Et me voilà à la veille de mes 32 ans, prête à reprendre des études en médecine.

2. Pourquoi avoir choisi ce cursus à l’époque (et non médecine directement) ?

J’aimais les animaux et la biologie : la fac de bio m’a ouvert les bras sans que je me pose de questions.

3. Quelles ont été les motivations qui t’ont amené(e) à cette équivalence ?

Ce désir d’être utile aux autres, de pouvoir comprendre et soigner, d’être un soutien au quotidien pour les familles. C’est l’alliance de la biologie et de la relation humaine. Bref, c’était là...

4. Avais-tu fait un stage à l’hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?

Aucun stage, et aucun lien avec la médecine pendant mon cursus. Par contre, une fois ma décision prise, cela m’a paru indispensable, vu l’aspect particulier de mon profil (tous ceux que j’ai vu savent qu’ils veulent faire médecine depuis toujours. Ce n’est manifestement pas mon cas et un stage était nécessaire pour donner de la légitimité à ce projet, et savoir si j’étais faite ou pas pour ça. L’intuition c’est bien, mais si on peut la vérifier, c’est mieux...)
Donc inscription Pole Emploi catégorie 5. Un stage d’une semaine à l’hôpital en gériatrie, et qq jours en chirurgie orthopédique, réalisés pendant mes congés.

Les médecins que j’ai rencontrés m’ont tous été de bons conseils et m’ont permis de me construire une belle bibliographie (une vingtaine d’ouvrages)qui m’a également permis de découvrir "les coulisses" du métier, et de l’aborder avec plus de profondeur.

5. Comment les études de médecine s’intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Le lien entre biologie et médecine est tout de même assez fort. Aucune obligation envers ma fac (que j’ai quitté il y a moult années), même si mes directeurs de master sont enchantés pour moi. Mon patron a soutenu également mon projet et a accepté la rupture de contrat à l’amiable pour que je puisse bénéficier des allocations pole Emploi

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?

Comme beaucoup d’autres, sur le papier c’est un dossier très simple. Après, avec mon profil, et vu les enjeux, j’ai voulu mettre toutes les chances de mon côté. J’ai contacté pleins de médecins, j’ai supplié pole emploi pour avoir mes deux stages (la loi n’en permettait qu’un pour cet hôpital), j’ai demandé de l’aide à toutes les personnes rencontrées, j’ai lu tout ce que j’ai pu qui me semblait pertinent, j’ai démissionné avant le concours pour être opérationnelle à la rentrée si cela fonctionnait, j’ai changé de région et déménagé à proximité de la fac, mon conjoint a négocié son télétravail, et j’ai tellement réfléchi à tout ça qu’on est pas loin du parcours initiatique..

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

J’étais au jury de Tours. Jury plutôt neutre, trois personnes me sourient, les autres sont impassibles. Le doyen n’est pas méchant, mais pas gentil non plus. Je fais tout mon speech, où j’ai tout abordé en complément de la lettre (le parcours, les démarches, pourquoi ici, le financement, etc...). Ensuite j’ai eu très peu de questions :
-  Vous étiez bien en CDI et c’est vous qui avez démissionné ou vous étiez en CDD ?
-  Si vous n’êtes pas pris, que faites-vous ? (dossier demande PACES déjà envoyé)
-  Et vous n’aviez jamais pensé à la médecine avant ?
Et voilà, merci au revoir. La délibération a été super rapide : deux minutes après ils faisaient rentrer une autre personne (contre 15 min dans la majorité des cas). J’ai eu l’impression que le choix avait été fait, et que l’oral avait servi à confirmer un point de détail. Mais je ne savais pas dans quel sens la décision avait été prise, donc ça a été l’angoisse totale jusqu’aux résultats.

8. Dans quel état d’esprit t’apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?

Avec beaucoup d’impatience et de joie, et aussi un certain sentiment d’irréalité : est-ce bien vrai ? Et de l’inquiétude aussi, parce qu’il faut assurer maintenant, il n’y a plus le choix ! Et un peu d’angoisse en plus, parce que Pole Emploi essaie de me faire faux bond pour mes allocations... Donc un vrai cocktail de sentiments ! Mais avec par-dessus tout un immense bonheur !

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

La page de mon ancienne vie professionnelle est tournée, c’est une expérience maintenant qui est à mener jusqu’au bout !!! Médecine pour la vie !!

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

Proximité avec mes parents qui pourront nous aider pour garder ma fille. Coût de la vie moins cher qu’à Paris. Permettait à mon conjoint de conserver son travail sur Pontoise en étant en télétravail à domicile la moitié de la semaine

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

La peur est toujours là, mais j’ai repris mes anciens cours de bio, un livre d’anatomie et physiologie, et j’ai un RV prévu avec le coordinateur pour accéder aux cours manquants qui me seraient nécessaires.

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d’études ?

Mon conjoint a conservé son travail. Je comptais sur les allocations pole emploi, mais le directeur bloque mon dossier. Après, si je n’arrive pas à débloquer ça : économies personnelles, demande d’aide aux parents, prêt étudiant, CESP si nécessaire...

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Ma fille va entrer à l’école, et je compte bien continuer à consacrer du temps à ma famille. Après, fini les soirées télé, les we farnientes et tout ça.... Disons que l’organisation sera la clé de tout ! Mon conjoint soutient mon projet, c’est également un soulagement énorme, de savoir que je pourrais m’appuyer sur lui.

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études ? Si à l’internat ton classement ne te permet pas d’avoir ces/cette spécialité(s), que fais-tu ?

La relation médecin-patient est vraiment mon moteur ; donc je pars sur médecin généraliste, ou pédiatrie en libéral (voir gériatrie, mon stage à l’hôpital m’a étonnamment bcp bcp plu)

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?

Réussir à convaincre pole emploi de me donner mes allocations
Étudier au maximum pour être déjà dans le bain à la rentrée
Prendre une semaine de vacances pour recharger les batteries
Profiter au maximum de ces derniers moments où je passe 100% de mon temps avec ma fille.

livreslivrescontactspublicationstwitter