logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Carrière : Quel est le rôle du coordinateur en MSP ?

2 partages mail facebook twitter linkedin
Avec la multiplication des maisons de santé pluriprofessionnelles sur notre territoire, les missions des uns et des autres se précisent. Celles de coordinateur font ainsi l’objet d’une nouvelle formation à l’EHESP (Ecole des hautes études en santé publique). Si vous êtes intéressé par un exercice pluriprofessionnel, cet article vous concerne ! Témoignage de Frédérique Mabilais, formatrice à l’EHESP et ancienne coordinatrice.

L’avis de l’expert : Frédérique Mabilais
« J’ai été coordinatrice salariée au pôle santé de Clisson en 2013-2014. J’y suis arrivée à un moment où les professionnels avaient besoin de faire évoluer et de structurer leur projet de santé. Au départ, c’était en tant que « chargée de mission » car la fonction de « coordinatrice » n’existait pas encore. Mon expérience précédente en tant que chargée de projet et de relations pluriprofessionnelles dans le domaine de l’environnement m’a beaucoup servi. Pour moi, ne pas être professionnelle de santé de formation initiale a été un atout. Le coordinateur est là pour jouer le rôle de chef d’orchestre d’une équipe. Les professionnels de santé sont très occupés – et parfois un peu enfermés aussi – dans leurs fonctions soignantes. Certes, le fait de ne pas être professionnelle de santé est un peu déroutant au départ, car on ne connaît pas le vocabulaire utilisé en réunion ; mais cela permet de poser des questions qui n’ont pas encore été abordées par l’équipe. Par ailleurs, la coordinatrice travaille toujours en binôme avec un professionnel de santé pour l’élaboration des protocoles, dans la prise en charge du diabète par exemple. Cela permet à la structure d’être plus efficiente sur certains parcours de soins, au bénéfice des patients. J’ai beaucoup apprécié cette expérience car on voit rapidement les résultats concrets du travail en équipe ! »

Depuis la signature de l’accord conventionnel interprofessionnel (ACI) en avril 2017, la fonction de coordinateur en maison de santé se renforce et se pérennise. Les fonctions de coordination étaient jusque là – et le sont encore dans de nombreuses structures – assurées par un ou plusieurs professionnels de la structure, sans temps ni rémunération dédiée. Grâce à l’ACI, le temps de coordination est reconnu et rémunéré. D’un jour par semaine à un jour par mois, le temps passé est très variable d’une structure à l’autre. La rémunération est fixée de façon concertée par l’équipe : le salaire du coordinateur est financé grâce à l’enveloppe dédiée aux nouveaux modes de rémunération NMR (lien vers article) dans les SISA (lien vers article).

Les missions du coordinateur
Pour le moment, elles ne sont pas précisées par la loi. Ses missions sont variables selon les structures et relèvent des besoins des équipes sur le terrain. Néanmoins, on peut distinguer plusieurs grands axes :
-  gestion administrative : gérer les dossiers de montage de projet et de demandes de financement ;
-  animation de l’équipe pluriprofessionnelle : organisation de réunions, comptes-rendus, suivi des décisions prises ;
-  élaboration des protocoles de soins : en lien étroit avec les professionnels de santé, le coordinateur est en charge de la définition de nouveaux protocoles pour une prise en charge plus efficiente des patients ;
-  relations avec les partenaires extérieurs : agence régionale de santé, Fédération des maisons de santé, etc…
-  une nouvelle formation.

Pour uniformiser les fonctions de coordination, une formation a vu le jour à l’EHESP. Son intitulé : Diplôme d’établissement Animateur de regroupements pluri-professionnels de soins primaires. La deuxième promotion est en cours de formation.

Qui peut s’inscrire ?
Toutes les personnes assurant déjà des missions de coordination – ou en passe de le faire – au sein d’une maison ou d’un centre de santé. Les profils médicaux et paramédicaux sont éligibles, mais aussi les professionnels ayant une formation initiale en pilotage/gestion de la santé. « Nous avons surtout des jeunes professionnels de santé très intéressés par l’exercice pluriprofessionnel parmi les inscrits. Arrivés depuis peu dans une structure, ils veulent pouvoir s’y intégrer. Leur patientèle n’est pas encore très importante, donc ils ont du temps et de l’énergie pour s’investir dans le projet de soins », explique Frédérique Mabilais, formatrice relais au sein de ce DE et par ailleurs directrice de l’Association des pôles et maisons de santé en Pays de la Loire (APMSL). Les inscriptions se font auprès de l’ARS.

Contenu de l’enseignement
La formation comprend 4 modules obligatoires : enjeux et outils des regroupements pluriprofessionnels ; dynamique d’équipes-conduite du changement ; amélioration du service rendu aux patients ; management de la structure.
Pour chacun de ces modules est prévu un enseignement à distance (60 heures), plusieurs séminaires présentiels centrés surtout sur le partage d’expérience (3 séminaires par an de deux jours chacun) et un accompagnement individualisé par un formateur relais.
Les objectifs sont d’acquérir une approche individuelle de prise de poste ou d’évolution professionnelle en tant qu’animateur ; de renforcer ses compétences en conduite du changement, gestion de projet, animation d’équipe, gestion juridique et financière de la structure ; de mettre en perspective les regroupements pluri-professionnels dans une approche de santé publique.

Focus sur la région Pays de la Loire
« Une quinzaine de coordinateurs sont sortis de la première promotion ; une autre vingtaine est actuellement en cours de formation. Par ailleurs, nous avons répertorié dans la région une dizaine de chargés de mission qui exercent des fonctions de coordination en MSP. Sur ces 45 coordinateurs environ, deux tiers sont des professionnels de santé », expose Frédérique Mabilais. La région abrite 80 maisons de santé. « On sait que dans de nombreuses structures, des professionnels font de la coordination de façon informelle, en plus de leur temps de consultation. Par ailleurs, toutes les MSP ne bénéficient pas encore de l’accord conventionnel (ACI) et n’ont pas les moyens actuellement de rémunérer ces missions de coordination », précise-t-elle.

Pour en savoir plus :
-  https://formation-continue.ehesp.fr/certificat/animateur-de-regroupements-pluri-professionnels-de-soins-primaires/
-  http://www.apmsl-paysdelaloire.com : l’Association des pôles et maisons de santé en Pays de la Loire organise notamment des formations et des réunions entre équipes et coordinateurs
-  Voir aussi notre article "Le salariat dans les maisons de santé : question tabou" ?
-  Voir aussi notre article "MSP : l’enveloppe NMR permet enfin une reconnaissance du travail en équipe"

2 partages mail facebook twitter linkedin
  • Sophie Cousin
Tags :
  • liberal_installation
  • professionnels_medecine
  • Top - ne pas manquer
livreslivrescontactspublicationstwitter