logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Candice debriefe iPréPha : la prépa au concours d’internat en pharmacie, session de juin 2018

partage mail facebook twitter linkedin

Chaque mois, retrouvez le debriefing du dernier concours iPréPha organisé sur remede.org par Candice Laudignon, jeune biologiste médical depuis novembre 2016.

Cas clinique : bilan thyroïdien

Ce cas s’intéressait à une TSH élevée chez un patient de 49 ans.

Deux hypothèses diagnostic devant une TSH élevée :

-  insuffisance hypothalamo-hypophysaire : T4l basse et TSH basse ou normale (mais donc inadaptée aux taux périphériques de T4l).
Ce tableau doit faire évoquer un trouble post-chirurgical, post-radiothérapie ou une éventuelle tumeur.

-  hypothyroïdie : baise de synthèse des hormones thyroïdiennes et augmentation de production de TSH par rétro-contrôle.
Rappelons que la NABM recommande le dosage de la TSH seule en première intention. Ce n’est qu’en cas de dysthyroïdie qu’un bilan complémentaire T3/T4 devrait être prescrit.
On parlerait d’hypothyroïdie frustre en cas de T4l normale et d’hypothyroïdie primaire en cas de T4l basse.

Une hypothyroïdie est assez souvent découverte à l’occasion d’un bilan d’asthénie.

Les étiologies à rechercher sont essentiellement les thyroïdites auto-immunes (Hashimoto, post-partum, De Quervain), les carences iodées, ou les effets iatrogènes d’un traitement.

Cas particulier de l’hypothyroïdie frustre

Définition (selon les recommandations HAS) : TSH > 4 mUI/L confirmé par un deuxième dosage à 1 mois sans anomalie de la concentration de la T4l.

Souvent asymptomatique, une hypothyroïdie frustre peut s’accompagner d’une perturbation biologique modérée du bilan lipidique.
Un dépistage systématique n’est pas recommandé mais doit être ciblé sur des populations à risque (femme de plus de 60 ans avec facteurs de risque tel que traitement de type amiodarone, lithium, ou antécédents thyroïdiens).

Cas particulier de l’hypothyroïdie chez la femme enceinte

Une hypothyroïdie non prise en charge peut être à l’origine de fausses couches ou de retentissements neurologiques sur le bébé à venir.
Un dépistage systématique en cours de grossesse n’est pas recommandé. Celui-ci doit être ciblé sur des patientes ayant une clinique évocatrice, des antécédents personnels ou familiaux ou un contexte de pathologie auto-immune.
Une supplémentation par lévothyroxine sera à envisager.

Vous êtes intéressé ? Retrouvez plus d’info sur iPréPha, la prépa au concours d’internat en pharmacie !

partage mail facebook twitter linkedin
  • Candice Laudignon
  • candice.ldg@gmail.com
Tags :
  • Conseils_concours_blancs_pharma
  • Top - ne pas manquer
  • internat_pharmacie
livreslivrescontactspublicationstwitter